Photo : Charday Penn / iStock

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a publié un tableau de bord de la santé des PME, et le constat est alarmant : les petites et moyennes entreprises ont encore un long chemin à parcourir avant un retour à la normale, qui pourrait pour certaines prendre plus de huit ans.

L’étude indique qu’au moment de la réouverture des entreprises au mois de juin, seulement 17 % de celles-ci avaient un « niveau de ventes normal ». En septembre, ce chiffre a atteint seulement 30 %. Ce chiffre est d’autant plus inquiétant que seulement 70 % des PME sont ouvertes complètement, depuis la fin de la période du confinement et la réouverture de l’économie.

UN RETOUR À LA NORMALE DANS DEUX ANS POUR LA FINANCE

La FCEI a évalué le temps qu’il faudrait aux PME pour retrouver des niveaux de revenus normaux si la reprise économique se maintient au rythme actuel. Ainsi, pour le secteur de la finance, de l’assurance, et des services immobiliers, il faudra probablement deux ans et deux mois pour se remettre sur pied, selon l’étude.

Les restaurants, les hôtels et autres établissements du même secteur détiennent les perspectives les plus sombres. Un retour à la normal ne serait pas envisageable avant huit ans, alors que la durée moyenne de reprises dans les autres secteurs est de un an et cinq mois.

« Ces données démontrent qu’il faut passer à la vitesse supérieure en ce qui concerne notre appui aux PME. La situation actuelle mène à un cul-de-sac pour un trop grand nombre de PME au pays, signale François Vincent, vice-président Québec à la FCEI. C’est ici que les politiciens d’un océan à l’autre peuvent donner un grand coup de pouce aux PME en encourageant l’achat local. C’est simple et c’est efficace. Plusieurs élus ont d’ailleurs déjà participé au mouvement en appuyant notre campagne nationale #JechoisisPME. D’après nos résultats de sondage, c’est exactement le type de leadership politique dont les PME ont besoin. »

« Qu’on soit clair : on ne peut pas envisager une reprise économique sans le retour en force des PME. Elles sont et font la richesse de notre économie. Nous tenons à faire savoir aux propriétaires de PME du pays qu’ils ne sont pas seuls. Aidé par la FCEI, un mouvement s’est créé pour les soutenir, les encourager et, espérons-le, leur permettre de retrouver rapidement leur rythme normal de ventes », conclut Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale.