Vos clients sont à la recherche d’un deuxième avis pour assurer la bonne gestion de leur entreprise? Puisqu’un mauvais conseil est souvent pire que de ne pas en recevoir du tout, le magazine Entrepreneur leur suggère de se tenir loin de trois types de personnes en particulier.

Tout propriétaire d’entreprise en connaît assurément un et s’en passerait bien certainement : l’habituel donneur de conseils non sollicités, qui aime fourrer son nez un peu partout dans l’objectif de propager sa plus récente opinion « d’expert ». Qu’il soit un autre dirigeant d’entreprise ou tout simplement un membre de la famille, il se pointe constamment au moment même où des doutes surgissent dans l’esprit de votre client entrepreneur.

Malheureusement, en affaires, les dirigeants qui nécessitent de bons conseils sont les plus vulnérables à l’obtention de… mauvais conseils! Les entrepreneurs qui débutent comptent rarement sur des administrateurs chevronnés et font souvent leurs premiers pas dans le domaine avec une expérience limitée dans un rôle de direction. Par conséquent, mieux vaut inviter votre client à se méfier de certaines personnes!

« Celui qui sait tout »
Il est trop confiant de nature. Il a vu une situation semblable se réaliser à son profit et tient pour acquis que son conseil sera judicieux pour un autre type d’entreprise. Votre client doit éviter qu’une telle opinion, basée sur un contexte tout à fait différent, vienne nuire à son propre raisonnement.

« Le trop prudent »
Le fait de se contenter d’une extrême prudence en affaires est une stratégie tout indiquée pour maintenir le statu quo à court terme, et le meilleur moyen de perdre sur le long terme devant ceux qui sont prêts à prendre des risques calculés. Les entrepreneurs qui manquent de courage pour innover risquent effectivement de voir leurs profits s’éroder avec le temps jusqu’à ce que des choix douloureux s’imposent.

« L’abonné aux conflits d’intérêts »
Si l’entrepreneur juge qu’une personne se trouve en conflit d’intérêts, il devrait tout simplement éviter de lui demander conseil. Les propos de l’interlocuteur sont biaisés, et orientés possiblement davantage vers la réalisation d’un objectif caché qui pourrait même nuire aux intérêts de votre client.

À lire également : 5 façons d’être à l’écoute

Comment le guider vers l’obtention de bons conseils

L’inciter à poser des questions spécifiques
L’entrepreneur expose la situation actuelle, présente la décision à prendre et demande à obtenir le point de vue de l’interlocuteur sur une question précise.

L’aider à trouver la bonne personne
L’expert à choisir connaît la situation et son contexte, ne souffre d’aucun conflit d’intérêts potentiel et est disponible pour discuter en profondeur avec le P.D.G.

Lui suggérer d’offrir une participation dans l’entreprise à son bras droit
Lorsque l’entrepreneur déniche la bonne personne pour le guider adéquatement, il devrait en faire son « conseiller officiel » et l’engager comme tel au sein du conseil d’administration. Il pourrait aussi lui accorder une participation dans l’entreprise, pour aligner ses intérêts avec ceux des autres actionnaires.

Proposer de tenir une réunion d’experts
Votre client entrepreneur peut avoir intérêt à effectuer un brassage d’idées avec plusieurs personnes. Ce sera l’occasion pour lui de confronter des opinions et d’évaluer des avenues jamais identifiées auparavant. Il a néanmoins intérêt à croire en son propre jugement, et à traiter chaque conseil reçu avec le plus grand scepticisme qui soit.

À lire également : Les cinq lois de la communication non verbale