Sacs remplis d'argent
Photo : manley099 / iStock

Avec la participation financière de sept personnalités d’affaires « très connues », Québec est en train de mettre sur pied un fonds d’investissement d’une centaine de millions de dollars pour soutenir les entreprises qui doivent transformer leur modèle d’affaires, a appris La Presse Canadienne.

Le gouvernement fournira la moitié du financement par le biais d’un prêt à Investissement Québec qui variera entre 50 millions de dollars (M$) et 75 M$, confirme le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, en entrevue. « Il y a des sociétés qui ont besoin de réaligner leur plan d’affaires considérant la nouveauté post-COVID en termes de mise en marché, explique-t-il. Plusieurs sociétés doivent se réinventer. »

Un groupe de sept entrepreneurs financeront également le projet, ajoute-t-il. Il n’a pas voulu les identifier avant la clôture du fonds prévue pour la fin de l’année ou le début 2022. Le banquier d’affaires Daniel Labrecque, de DNA Capital à Montréal, est le gestionnaire principal du fonds. Il ne compte pas parmi les sept personnalités, précise le ministre.

Bien que la mission du fonds parle d’aide « au redressement », il ne s’agit pas de sociétés en difficulté financière, mais d’entreprises qui doivent transformer leur modèle, ajoute-t-il. Le soutien sera accordé sous forme de prêts ou de prise de participation.

Le fonds pourrait investir dans « tous les secteurs confondus ». « C’est sûr que les sept personnes ont des expertises et on va aller dans les secteurs où au moins une ou deux d’entre elles sont confortables. »

Le nombre d’entreprises qui recevront des investissements n’a pas été déterminé, mais le ministre estime qu’il sera d’entre 10 et 15 pour permettre aux membres du comité d’investissement d’assurer un suivi adéquat et de ne pas s’éparpiller.

L’argent investi par le gouvernement fait partie d’une enveloppe plus large de 300 M$ prévue lors de la mise à jour économique de l’automne 2020. Le fonds croissance PME Banque Nationale, qui vise à appuyer les PME du Québec dans leur transformation numérique, est un exemple de fonds créé grâce à ces fonds. Il reste encore des crédits pour en financer d’autres, assure le ministre.

UN MODÈLE « D’AVENIR »

Le ministre est enthousiaste quant à la collaboration avec ces sept personnes « qui ont déjà géré des entreprises ». « Quand le privé met de l’argent, ils sont très rigoureux. La bonne nouvelle, c’est qu’on va avoir de l’argent avec nous autres, ce n’est pas juste le gouvernement qui va supporter ça. »

M. Fitzgibbon souhaite une plus grande collaboration entre le gouvernement et les gestionnaires de grandes fortunes (Family Office). Ces firmes gèrent l’actif de clients fortunés, souvent des entrepreneurs qui ont vendu l’entreprise familiale.

L’expérience de ces entrepreneurs est un atout quand vient le temps de déterminer les investissements les plus porteurs pour l’économie québécoise, selon lui. « Ce sont des gens qui ont vécu l’entrepreneuriat, qui ont réussi. C’est une expérience énorme. »

Le ministre veut voir « proliférer » le nombre de fonds créés en partenariat avec des gens d’affaires. « On est ouvert, au gouvernement, à aider les Family Office. C’est ça qui est le futur. Je crois beaucoup aux sociétés privées qui ont des actionnaires qui sont pertinents à leurs modèles d’affaires. »