Homme d'affaires découragé, stressé.
Photo : FG Trade / iStock

La situation financière de bien des PME québécoises reste préoccupante. Le tiers des dirigeants (34 %) soutiennent que leur entreprise manquera de liquidités avant l’été, révèle un récent sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

La crise sanitaire et les mesures de restrictions mises en place depuis la première vague ont ajouté aux difficultés que plusieurs entreprises subissaient déjà. Deux entrepreneurs sur cinq (37 %) affirment que leur entreprise était déjà en mauvaise posture avant la pandémie.

« La situation est toujours aussi préoccupante et l’appui des gouvernements est toujours aussi nécessaire », soutient François Vincent, vice-président de la FCEI pour le Québec.

DES PROGRAMMES D’AIDE À AMÉLIORER

Les dirigeants estiment avoir encore fortement besoin (88 %) de l’appui du gouvernement du Québec et soutiennent que les programmes d’aide doivent être améliorés.

Ils souhaitent notamment la poursuite de la réduction du fardeau administratif (61 %), mais aussi que l’offre de programmes mise sur les subventions plutôt que sur les prêts (60 %).

Ils réclament également l’imposition au même taux réduit pour toutes les PME (57 %). Ayant été forcées de réduire les heures de leurs employés à cause de la COVID-19, les petites entreprises des secteurs de la construction et des services pourraient ne pas cumuler assez d’heures pour avoir accès au taux d’imposition réduit qui requière 5 500 heures rémunérées. Elles seraient alors imposées au même taux que les multinationales.

Une pétition a été mise en place par la FCEI pour que les entrepreneurs puissent exprimer leurs demandes en vue de la préparation du prochain budget du gouvernement de François Legault.

« Les consultations prébudgétaires sont commencées, c’est le temps pour les PME de s’exprimer », souligne M. Vincent. Elles pourront ainsi donner leur appui aux mesures que le gouvernement du Québec peut adopter pour les aider à passer à travers la pandémie et incidemment être partie prenante de la relance économique du Québec et de ses régions.

Le sondage a été réalisé en ligne auprès de 1 077 membres de la FCEI du Québec entre le 20 novembre et le 11 décembre 2020.