Un homme et une femme se tenant chacun sur une pile de pièces de monnaie.
Photo : leolintang / iStock

Le Secrétariat à la condition féminine a mandaté Femmessor, une organisation dédiée au développement de l’entrepreneuriat féminin, pour mettre en place un nouveau programme d’aide visant les femmes entrepreneures. Femmessor bénéficie d’une enveloppe de plus de 1 million de dollars pour lancer ce Programme de subvention à la relance.

Les femmes ayant été particulièrement frappées par la pandémie, ce programme tente de rétablir la situation. Il vise ainsi à appuyer des entrepreneures dans l’adaptation de leur modèle d’affaires, de leurs produits ou de leurs services pour répondre aux enjeux de la pandémie et les aider à relancer leurs activités commerciales.

« Les femmes entrepreneures ont été fortement touchées par la crise sanitaire. On souhaite éviter que les avancées durement acquises au cours de la dernière décennie en matière d’égalité soient mises à mal par la pandémie. Pour ne pas accentuer le fossé qui existe déjà entre les hommes et les femmes entrepreneures, il faut offrir à ces dernières un soutien supplémentaire, tant au plan financier, qu’humain. Appuyer l’entrepreneuriat féminin et viser la parité entrepreneuriale au Québec, c’est contribuer significativement à l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes et je tiens à remercier Femmessor qui met fièrement l’épaule à la roue », mentionne Isabelle Charest, ministre responsable de la Condition féminine.

Grâce au Programme de subvention à la relance, les entrepreneures pourront compter sur une contribution financière non remboursable d’un montant compris entre 10 000 $ et 20 000 $, ainsi que d’un accompagnement d’une durée d’un an.

Le programme s’est fixé comme objectif de soutenir entre 50 et 70 entreprises dans 17 régions du Québec.

« Au-delà de l’aide financière qui leur sera accordée, les entreprises sélectionnées bénéficieront également d’un accompagnement soutenu et personnalisé pour la prochaine année. Alors que la survie de plusieurs entreprises est menacée, ce soutien pourrait faire une grande différence pour les entrepreneures. Elles auront entre autres accès à l’outil de diagnostic des compétences entrepreneuriales, à un plan d’action personnalisé, à des rencontres individuelles, des suivis financiers ainsi que des heures de consultation avec des Expertes Femmessor » mentionne Sévrine Labelle, présidente-directrice générale de Femmessor.

Afin d’appuyer particulièrement les secteurs où les femmes sont encore sous-représentées, comme ceux de l’agroalimentaire, des technologies numériques et de la fabrication de point, Femmessor appelle les entrepreneures de ces différents secteurs à déposer leur candidature.