Impossible d’observer la Terre depuis le ciel sans jamais la quitter? Non! Christian Garcia, fondateur de Falcon Bleu, le fait chaque jour grâce à ses drones. Loin de toute utilisation militaire potentielle, les aéronefs de M. Garcia ont la fibre civile : leur collecte aérienne de données est destinée entre autres à l’agriculture et à la topographie.

Difficile d’imaginer des drones au secours des agriculteurs. Pourtant, M. Garcia y a cru. Très tôt. « La technologie des drones arrivait à maturité et j’étais convaincu qu’ils pourraient remplacer l’intervention d’hélicoptères ou d’avions dans le domaine de la télédétection appliquée à la topographie. Comme les aéronefs volent plus bas, la qualité et la résolution des données obtenues ne pouvaient qu’être meilleures et obtenues à des prix plus abordables. Le recours aux drones pour de tels usages va devenir incontournable. »

Avec ses 18 années d’expérience en aéromodélisme et sa formation d’architecte, le Colombien d’origine entrevoit le potentiel de l’activité. En mars 2014, son entreprise — « pas celle de quelqu’un d’autre » — est lancée.

Dans le cas de l’agriculture, les caméras thermiques et multispectrales embarquées sur les drones « permettent d’obtenir des informations sur la quantité de végétation (biomasse), sur son état de santé ou d’identifier les zones en manque d’engrais pour que les agronomes corrigent la situation. » Dans la même veine, un drone peut réaliser la topographie à basse altitude d’une carrière de pierres en générant avec une précision au centimètre près les images qui serviront à la modélisation en trois dimensions des terrains survolés.

« Nous développons aussi avec succès nos activités de production de vidéo destinées aux secteurs du marketing et de la publicité, explique l’entrepreneur. Et depuis peu, nous offrons un service unique d’inspection visuelle de façades de bâtiment. Une activité soumise à autorisation restreinte de Transports Canada ». Évidemment, ne vole pas en ville qui veut.

Aller plus haut

Grand prix au concours Dans la mire de la relève de la Chambre de commerce et d’industrie de Laval en mai 2015, Falcon Bleu est le fruit d’un plan d’affaires méticuleux.

L’entreprise avait déjà récolté en 2014 les honneurs nationaux au concours québécois en entrepreneuriat avec le 1er prix dans la catégorie Services aux entreprises. Assorti d’une bourse de 10 000 $, « ce prix nous a aidés à obtenir du financement auprès de Desjardins, de la Banque de développement du Canada, partenaire du programme Futurpreneur Canada, et d’institutions comme le Centre local de développement ou Emploi Québec (programme de soutien aux travailleurs autonomes). De quoi financer l’achat des meilleurs équipements », précise M. Garcia.

À moyen terme, il souhaite agrandir son entreprise et prévoit même de former lui-même sa main-d’œuvre dans ce secteur très niché des drones spécialisés.

« Aujourd’hui, je ne fais pas affaire directement avec un conseiller en services financiers. En fait, mon Centre local de développement (CLD) peut m’appuyer dans ce domaine si je fais appel à son expertise. Pour l’instant, je suis très occupé à démarrer mon entreprise, mais je sais que j’aurai de l’aide si je les appelle! » En attendant, Christian Garcia multiplie les partenariats d’affaires et envisage l’avenir sous des cieux sereins.

Des exemples de vidéos produites par Falcon Bleu.

Pour suivre les projets de l’entreprise : leur site Web, leur compte Twitter et leur compte Facebook.


La rédaction vous recommande :