hobbitfoot / 123RF

La pandémie et le confinement partiel ne sont pas un contexte facile pour les conseillers en sécurité financière. Toutefois, cette période crée des occasions d’affaires à saisir par ses derniers.

En voici quelques-unes présentées lors du Congrès de l’assurance de personnes, présenté virtuellement en novembre.

LES GENS ONT BESOIN DE CONSEIL

Les clients ont probablement vu les effets néfastes de la pandémie sur la santé de gens de leur entourage ainsi que sur leur santé financière. Pour plusieurs, c’est un bon moment pour revoir leur planification financière.

« Les clients ont besoin plus que jamais d’attendre parler de vous, d’entendre vos conseils », a indiqué Patrick Cloutier, président, Groupe Cloutier.

Selon lui, les conseillers doivent utiliser tous les outils technologiques disponibles, dont ceux développés par les agents généraux et assureurs, afin d’entretenir des relations avec les clients. « Les conseillers qui ont du succès ont plusieurs points en commun, mais un d’entre eux ressort du lot : leur capacité à entretien des relations et créer des contacts multiples de quelque façon que ce soit. On est habitué à le faire en personne. Maintenant, beaucoup d’outils nous permettent de le faire [autrement]. »

Il devient donc pertinent d’être présent pour sa clientèle, de la réconforter afin de l’aider à garder le cap sur ses objectifs à long terme, d’après Phil Marsillo, président, IDC Worldsource Insurance Network : « C’est facile pour un conseiller de ne pas appeler un client, mais c’est dans les périodes les plus difficiles que les conseils des conseillers sont les plus pertinents. Ils doivent renforcer le plan qu’ils ont établi et les aider à garder leur plan. »

LES PRIORITÉS DE CERTAINS CLIENTS ONT CHANGÉ

La pandémie dérange plusieurs clients et change leurs priorités. « Les clients ont peur et veulent prouver leur amour à ceux qu’ils aiment. Les gens sont prêts à entendre des conseils et veulent être réassurés », indiquait James McMahon, Conseiller spécial de la région du Québec, Groupe Financier Horizons.

Selon Patrick Cloutier, les gens, durant la période de confinement, ont eu beaucoup de temps pour penser à leurs affaires.

« Ce n’est pas surprenant que, en avril, il y ait eu une hausse de 40 % des demandes de révision de testament, et une hausse de 40 % des demandes de nouveaux testaments. Les gens se posent des questions, ont peur. Quand ils regardent leur testament, il y a de l’assurance vie qui peut venir avec ça. C’est important de rester en communication avec eux », a-t-il noté.

Un conseiller peut également…

Lire la suite via Finance et investissement