Blocs de bois sur une table.
Photo : gajus / 123RF

Le fournisseur privé d’assurance prêt hypothécaire Genworth a indiqué lundi qu’il laisserait inchangés ses critères de souscription, malgré la décision de l’un de ses principaux concurrents de resserrer ses exigences.

La société d’Oakville, en Ontario, précise que sa filiale d’assurance, qui figure parmi les plus grands assureurs du pays pour les prêteurs hypothécaires résidentiels, « n’avait pas l’intention de modifier sa politique de souscription en ce qui concerne les limites du ratio du service de la dette, la note de crédit minimale et les exigences de mise de fonds ».

L’annonce suit une décision prise en ce sens par la Société canadienne d’hypothèques et de logement la semaine dernière. Ses nouveaux critères compliqueront la tâche aux Canadiens qui veulent emprunter de l’argent pour acheter une maison.

L’agence fédérale a indiqué qu’elle modifiait la cote de crédit nécessaire pour obtenir une assurance prêt hypothécaire, la faisant passer à 680 points, alors qu’elle était précédemment de 600 points. Les ratios d’amortissement brut et total de la dette seront en outre limités à ses exigences standards de 35 % et 42 % respectivement, contre 39 % et 44 % précédemment. Les ratios du service de la dette des ménages mesurent le montant du revenu consacré au paiement des intérêts et du capital.

Genworth Canada estime que ses processus et sa surveillance des conditions et de l’évolution du marché « lui permettent de juger et de gérer avec prudence son exposition de l’assurance prêt hypothécaire au segment d’emprunteurs ayant des cotes de crédit inférieures ou des ratios de service de la dette plus élevés », indique son président, Stuart Levings.