Photo : Валерий Качаев / 123RF

Vous êtes convaincus que ce sont les titres technologiques comme Apple et Amazon qui ont enregistré les plus forts gains sur les marchés boursiers au cours des 20 dernières années? Vous vous trompez. La société dont l’action a fracassé tous les records vend ses produits… à l’épicerie.

Avec un rendement total de près de 60 000 % depuis janvier 2000, Monster Beverage a dominé tous les autres titres du S&P 500, rapporte Bloomberg. En comparaison, les rendements de 2 300 % d’Amazon et de 5 300 % d’Apple sur la même période paraissent presque dérisoires.

La croissance des revenus de la société productrice de boissons énergisantes n’est jamais tombée sous la barre des 9 % depuis 2001. « Les boissons énergisantes sont les boissons gazeuses de la nouvelle génération. Monster a été en mesure de constamment étendre sa gamme de produits avec un grand succès », indique Caroline Levy, analyste à Macquarie Capital.

L’engouement suscité par la victoire de Tiger Woods au Tournoi des maîtres dimanche pourrait également bénéficier à la marque, estiment certains observateurs. Monster est depuis 2016 l’un des commanditaires du célèbre golfeur, qui n’avait pas remporté un seul tournoi du Grand Chelem au cours des 11 dernières années.

LE NIVEAU D’ÉNERGIE EN BAISSE

L’avenir s’annonce en revanche moins pétillant pour Monster. Son action a baissé de 18 % au cours des dernières semaines, malmenée par l’arrivée sur le marché d’un concurrent de taille : Amazon. Le géant du commerce en ligne a en effet lancé une nouvelle boisson énergisante sous sa marque privée Solimo. Coca-Cola a également pris d’assaut le marché européen avec la marque Coca-Cola Energy, alors qu’elle possède pourtant près de 19 % de Monster.

À l’heure actuelle, Monster Beverage détient une part de marché de 35,4 % dans le secteur des boissons énergisantes, comparativement à 38,2 % pour son principal concurrent, Red Bull.

Au cours des dernières semaines, plusieurs analystes de Wall Street ont revu à la baisse leur cible pour le titre de Monster en raison de la concurrence accrue dans le secteur et du niveau d’évaluation élevé de l’action qui laisse peu de marge de croissance.