Tirelire en verre à l'intérieur de laquelle pousse un signe de dollar végétal.
pogonici / 123RF

Grâce à l’adoption d’un indice excluant les énergies fossiles et le charbon, Fondaction a réduit de 51 % l’empreinte carbone de ses placements sur les marchés boursiers mondiaux en l’espace de trois ans, annonce l’organisme. 

Dans un communiqué émis vendredi, celui-ci précise que ses placements en actions mondiales représentent aujourd’hui quelque 330 millions dollars, soit environ 35 % de la totalité de ses investissements.

C’est en 2015 que Fondaction a décidé d’exclure les obligations d’entreprises détenant des réserves en énergie fossiles. Dans la foulée de la ratification de l’Accord de Paris sur le climat, en décembre de cette même année, il a ensuite été « le premier acteur financier à être nommé comme partenaire de choix en soutien au gouvernement du Québec dans sa lutte contre les changements climatiques », souligne l’organisme.

« RÔLE STRUCTURANT DANS LE MONDE DE LA FINANCE »

« C’est dans cette optique qu’en collaboration avec nos gestionnaires de portefeuilles de placement sur les marchés, nous avons sollicité MSCI, une entreprise de services financiers qui publie notamment les indices boursiers, afin de créer de toutes pièces un indice qui répondrait à ces préoccupations environnementales grandissantes », explique dans le communiqué Léopold Beaulieu, président-directeur général de Fondaction.

« La cocréation de cet indice a été l’occasion pour nos équipes de mieux cerner les risques liés aux changements climatiques à l’intérieur de notre univers mondial d’investissement. Les balises qui ont été établies permettent aux gestionnaires de portefeuille de réaliser qu’ils peuvent jouer un rôle dans la lutte aux changements climatiques tout en maintenant une gestion active », précise de son côté Robert Brunelle, premier vice-président chez Hexavest.

« En plus de permettre à Fondaction de réduire son empreinte carbone, le nouvel indice joue un rôle structurant dans le monde de la finance et permet de participer à la transition énergétique », conclut Luc Verville, chef des placements au sein de l’organisme.

MAINTIEN DES RENDEMENTS POUR LES ACTIONNAIRES

Le nouvel indice MSCI, qui exclut les titres d’entreprises détenant des réserves d’énergie fossile (gaz, pétrole et charbon), est disponible pour tous les investisseurs désireux de soutenir « un développement économique plus juste, plus équitable et plus vert », indique le communiqué. Ce dernier souligne que la mise en place de cet outil « a permis à Fondaction de maintenir ses rendements sur les marchés financiers au bénéfice de ses actionnaires tout en réduisant les risques face aux changements climatiques ».

L’organisme insiste par ailleurs sur le fait qu’il « se distingue par ses investissements directs qui visent à soutenir, à promouvoir et à encourager le développement durable dans les PME québécoises ». À ce jour, il a acquis près de 100 millions de dollars d’obligations « vertes ».