Photo : 123RF

Les hedge funds pataugent davantage dans les cryptoactifs, selon une nouvelle enquête de PricewaterhouseCoopers LLP (PwC) et de l’Alternative Investment Management Association (AIMA).

Dans un rapport basé sur des recherches collectées au premier trimestre, PwC indique que 38 % des fonds spéculatifs traditionnels investissent désormais dans des actifs numériques, contre 21 % il y a un an.

En outre, le nombre de fonds de cryptomonnaies augmente également. Il existerait actuellement plus de 300 fonds.

Les actifs sous gestion (ASG) de ces fonds de cryptomonnaies s’élèvent à 4,1 milliards de dollars, soit une hausse de 8 % par rapport à l’année précédente.

La plupart des fonds spéculatifs traditionnels (57 %) ont moins de 1 % de leurs actifs sous gestion en cryptomonnaies, selon l’enquête, mais 20 % d’entre eux ont des allocations plus importantes (entre 5 % et 50 % des actifs sous gestion).

Parmi les fonds traditionnels qui ne sont pas encore dans la cryptomonnaie, l’enquête montre que 29% cherchent à remédier à cette situation. Moins de la moitié (41%) ne comptent pas s’impliquer dans la cryptomonnaie au cours des trois prochaines années, et 31% se sont dit « curieux », mais attendent que cette classe d’actifs mûrisse davantage.

En effet, le rapport a noté que l’incertitude réglementaire dans l’espace cryptographique est une question clé pour les hedge funds, qu’ils investissent déjà dans les actifs numériques ou non.

« Dans l’espace traditionnel des hedge funds, les gestionnaires pointent du doigt un certain nombre de domaines de l’infrastructure du marché nécessitant des améliorations pour l’adoption des actifs numériques, avec en tête l’audit et la comptabilité [94%], mais également la gestion des risques et la conformité (93%), la capacité à utiliser les actifs numériques comme garantie (93%) et l’administration des fonds (89%) », indique le rapport.

Néanmoins, le secteur des fonds spéculatifs devrait continuer à s’exposer davantage.

« L’effondrement récent de Terra a démontré de manière éclatante les risques potentiels liés aux actifs numériques. Il continuera d’y avoir de la volatilité, mais le marché est en train de mûrir, ce qui se traduit non seulement par un plus grand nombre de fonds spéculatifs axés sur la cryptographie et par une augmentation des actifs sous gestion, mais aussi par l’arrivée d’un plus grand nombre de fonds traditionnels dans l’espace de la cryptographie », observe John Garvey, responsable mondial des services financiers chez PwC.