cobalt / 123RF

Les régimes à cotisations déterminés (CD) pourraient céder leur place aux régimes de retraite hybrides aux États-Unis, selon une étude de la Brookings Institution, reprise par Avantages.

Si les régimes à CD ont su prendre le pas sur les régimes à prestations déterminés (PD) au cours des dernières décennies, ils risquent cette fois de perdre leur monopole. Les régimes hybrides possèdent des éléments des régimes CD et PD, et regroupent les cotisations des participants et des employeurs dans des fonds gérés par des professionnels.

Par exemple, dans les régimes de retraite hybride, comme pour les régimes CD, les gestionnaires de fonds ciblent, sans les garantir, les niveaux de prestations annuelles futures.

« Pour les promoteurs, les régimes hybrides évitent la volatilité des coûts de financement en acceptant des contributions fixes de l’employeur, ce qui corrige cet inconvénient des régimes à prestations déterminées », rapporte Brooking Institution.

Toutefois, ces régimes hybrides mettent en commun le risque de longévité entre les participants et fournissent des investissements professionnels mis en commun ce qui permet de « corriger » les faiblesses de la majorité des régimes CD, continue l’étude.

Les employeurs évitent le coût du financement des prestations de type retraite à PD et les participants, quant à eux, bénéficient d’une gestion professionnelle des investissements et de la mise en commun du risque de longévité, résument les chercheurs principaux de la Brookings Institution William Gale, Mark Irwy et David John et l’analyste de recherche Christopher Pulliam.

« La mise en commun des risques d’investissement et de longévité des plans des régimes hybrides et l’absence de garantie du montant des prestations leur permettent de fournir un revenu de retraite à vie en interne; ils ont la possibilité, mais pas la nécessité, d’acheter des rentes auprès d’assureurs », ajoutent-ils.

Passer d’un régime CD à un régime hybride serait ainsi judicieux pour les entreprises désirant offrir de meilleures prestations que celles offertes par un régime CD sans que cela soit aussi coûteux qu’un régime PD, selon les auteurs. Ces derniers estiment ainsi que les régimes hybrides offrent « un nouvel éventail plus riche et plus nuancé de stratégies de partage et de mise en commun des risques ».