Téléphone cellulaire avec les applications Google, Facebook, YouTube, Amazon, Yahoo, Instagram.
Photo : 123RF

Après avoir essuyé un sérieux revers au quatrième trimestre de 2018, les actions de Facebook, Amazon, Netflix et Google-Alphabet (FANG) grimpent à nouveau. La perspective de taux d’intérêt bas et d’une économie américaine toujours en expansion a mené les gros gestionnaires de fonds à reprendre l’achat des titres historiquement les plus rentables du marché haussier.

Depuis le début de l’année, les vedettes techno du FANG ont déjà pratiquement recouvert les pertes de 945 milliards de dollars subies lors de la liquidation du quatrième trimestre de 2018. Jusqu’à présent, elles ont gagné une valeur de marché de 872,5 G$. Cette augmentation a grandement contribué à la progression de 14 % du S&P 500 depuis janvier.

Contrairement à l’année dernière, cette montée rapide des titres technologiques n’inquiète pas les investisseurs, qui estiment que les conditions sont réunies pour que ces sociétés continuent de se développer à la hausse. Pour le moment, les actions ont des valorisations attrayantes et les investisseurs s’attendent à ce que la croissance de la majorité de ces sociétés dépasse celle du marché au sens large.

« Le climat ne pourrait pas être plus différent de celui de l’année dernière », a déclaré au Wall Street Journal Denny Fish, un gestionnaire de portefeuille qui cogère le fonds technologique mondial de Janus Henderson.

Les investisseurs ne craignent plus de resserrement de politique monétaire de la part de la Réserve fédérale et s’attendent à ce que la Chine et les États-Unis parviennent à un certain accord commercial, explique Denny Fish.

Plus de 180 gestionnaires de fonds qui gèrent un actif total de 547 G$ ont déclaré avoir envisagé les actions du FANG. Bien que les gestionnaires de fonds considèrent généralement le surpeuplement des valeurs technologiques comme un inconvénient, certains affirment que les échanges de cette année sont moins encombrés, ce qui laisse plus de place à la hausse.

UNE POSITION QUI NE FAIT PAS L’UNANIMITÉ

Tout le monde n’est pas convaincu que se relancer dans les FANG soit réellement une bonne idée. Morgan Stanley continue ainsi de suggérer aux investisseurs de limiter leur exposition à la technologie et aux titres de consommation discrétionnaire, et garde une position neutre vis-à-vis de la communication, des secteurs dans lesquels les FANG et d’autres sociétés à croissance rapide résident.

Les analystes de la banque d’investissement conseillent aux investisseurs d’adopter une position plus défensive au cas où l’économie américaine stagnerait.

Les investisseurs intéressés par les FANG regardent de près les estimations de croissance des ventes de ces entreprises. Facebook, Google (désormais Alphabet) et Amazon devraient tous augmenter leurs ventes en 2019 de 20 % ou plus, contre seulement 3 % pour l’ensemble du S&P 500, selon Goldman Sachs Global Investment Research.

Les marges bénéficiaires de ces entreprises restent relativement élevées contrairement à d’autres entreprises qui font face à des coûts de main-d’œuvre plus élevés en raison de la vigueur du marché de l’emploi et de la hausse des coûts des matériaux. La marge nette de Facebook pour 2019 devrait atteindre 34 %, moins qu’un an plus tôt (40 %), mais bien plus que le S&P 500. Google-Alphabet devrait grimper de 23 % contre 22 % l’année dernière, alors qu’Amazon devrait passer de 5 % à 8 %.

Les évaluations sont encore raisonnables, affirme Ken Allen, un gestionnaire de portefeuille qui supervise le fonds scientifique et technologique de T. Rowe Price. Les actions de Facebook se négocient à près de 23 fois leurs bénéfices projetés au cours des 12 prochains mois, alors que Google-Alphabet se situe à 25 fois, soit à des niveaux inférieurs à ceux enregistrés début 2018.