Jouet en bois où l'on empile des anneaux permettant de compter de un à cinq.
Photo : agigulf / 123RF

En placement, les approches passive et active sont souvent considérées comme conflictuelles. Pourtant, il serait plus constructif de les évaluer comme une suite logique, affirme Morningstar dans un article récent.

L’important est de choisir la stratégie adéquate, ou une combinaison d’approches, en fonction des objectifs que l’on cherche à atteindre. Se basant sur cette prémisse, la firme a différencié cinq types de stratégies sur une même échelle, les classant du plus passif vers le plus actif :

  • PUR PASSIF

À l’extrémité de cette suite, on trouve les indices ou les fonds négociés en Bourse (FNB) pondérés selon la capitalisation boursière qui suivent le marché global. Ces stratégies reproduisent, après les frais, le rendement cumulé des actions de l’indice qu’elles pistent. Ces fonds ont des frais moindres que leurs homologues activement gérés.

  • MISER SUR UN SECTEUR

Les stratégies pondérées selon la capitalisation boursière qui visent des segments précis du marché plutôt que sa totalité sont un pas en direction de la gestion active. Opter pour un secteur particulier, c’est miser sur le fait qu’il aura de meilleurs résultats que l’ensemble du marché ou d’autres secteurs.

  • LE « BÊTA STRATÉGIQUE »

Les approches fondées sur des règles, qui ne sont pas pondérées selon la capitalisation boursière, viennent ensuite. Morningstar les qualifie de « bêta stratégique ». Certains FNB en font partie, car ils pistent des indices construits selon une sélection de titres basée sur des facteurs spécifiques. Ces indices ont pour objectif de surpasser certains segments ciblés du marché.

  • LES FONDS ACTIFS

Ces fonds à gestion active varient en fonction de leurs gestionnaires, la diversification de leur choix de titres et leur appétit pour le risque. Les meilleurs de ces fonds fournissent un rendement à long terme qui surclasse leurs indices après les frais. Ils sont cependant difficiles à déceler avant de connaître leur surclassement et ne parviennent pas toujours à surpasser leur indice.

  • UNE COMBINAISON DES DEUX

« Il y a des façons légitimes comme illégitimes de construire des portefeuilles à gestion active et passive, ou une combinaison des deux », souligne Morningstar. Autant il peut être dangereux de faire des transactions de FNB sectoriels en se fondant sur leur hypothétique surclassement au trimestre suivant, autant il peut être intéressant de se fier à un fonds indiciel pour investir dans les actions à grande capitalisation à bon prix ou un produit à gestion active pour participer à des secteurs plus inefficients, comme les marchés émergents.

Quoiqu’il en soit, la diversification est toujours une bonne idée pour ne pas être pris au dépourvu, et mélanger gestion active et passive peut s’avérer utile à cet égard.