Homme d'affaires observant la ville avec des jumelles, du haut d'un gratte-ciel.
Photo : bowie15 / 123RF

Au moment d’analyser le potentiel d’un investissement, il est inutile de s’attarder sur son passé : mieux vaut regarder les occasions qu’il offre pour l’avenir.

Il est plus rassurant de se pencher sur l’historique d’une compagnie, et sur les faits qui l’accompagnent, constate Claudia Huntington, ancienne gestionnaire de portefeuille chez Capital Group, aujourd’hui retraitée, qui livre les enseignements tirés d’une carrière longue de 47 années sur le site Internet de la firme.

Mais il faut savoir faire preuve de jugement pour évaluer le potentiel réel d’une entreprise à long terme. Et ce jugement doit s’appuyer sur la haute direction et l’équipe de gestion de la compagnie. « Si vous avez une belle entreprise dirigée par un mauvais directeur général, il est peu probable que l’entreprise devienne un bon investissement, résume Mme Huntington. Mais si vous avez une entreprise médiocre, dans une industrie médiocre, avec un très bon directeur général, alors il est beaucoup plus probable que l’entreprise devienne un bon investissement. »

Dans cette optique, le gestionnaire de portefeuille doit être capable d’évaluer les directeurs et les équipes de gestion, précise-t-elle, en citant en exemple un dirigeant d’entreprise qui avait su inspirer parmi ses employés la capacité à travailler ensemble.

Cette capacité à analyser une entreprise dans l’avenir est bien plus précieuse que celle de lire des bilans comptables qui ne témoignent que d’un passé… qui relève de l’avant COVID-19.

Claudia Huntington encourage également à sortir des sentiers battus, en n’hésitant pas à faire preuve de courage pour défendre un point de vue individuel. « Par définition, les bons investissements ne sont pas ceux que tout le monde peut identifier, illustre-t-elle. Cela prend un grand courage pour identifier une occasion suffisamment tôt, et pour détecter son potentiel pour devenir un bon investissement. »

Et se projeter dans l’avenir signifie aussi être capable de comprendre que d’immenses bonds technologiques surviendront. L’énergie, l’agriculture et la médecine sont des domaines qui connaîtront de telles avancées dans l’avenir, précise Mme Huntington.