Un pot masson rempli de pièces de monnaie. Dans ces pièces est plantée une petite plante.
Photo : Romolo Tavani / 123RF

Dans certaines régions du monde, les entreprises de gestion de patrimoine et d’investissement ne sont pas encore prêtes pour intégrer les critères ESG (environnement, société et gouvernance) dans leur processus d’investissement, révèle un rapport d’Objectway, un fournisseur européen de solutions technologiques pour l’industrie financière.

Seulement 39 % des sociétés de gestion de patrimoine et d’investissement britanniques et européennes ont mis en œuvre une politique ESG spécifique, montre le sondage. Parmi les autres, 22 % n’ont pas de politique et 39 % sont en train de l’élaborer.

DES FACTEURS DE DIFFÉRENCIATION

Prendre un pas d’avance dans le domaine permet pourtant de profiter d’un avantage concurrentiel. Les investisseurs considèrent les critères ESG comme un facteur de choix quand vient le temps de trouver un gestionnaire de patrimoine. Plusieurs pourraient ainsi quitter leur gestionnaire en fonction de la qualité de leur offre en investissement durable et de la manière dont elle est fournie.

De manière cohérente, 45 % des répondants affirment que les clients se sont avérés être le principal moteur de l’intégration de critères ESG dans leur processus d’investissement.

À la question de savoir si le processus d’investissement était soutenu par une plateforme totalement intégrée, seuls 7 % ont répondu positivement, tandis que 87 % ont déclaré ne pas disposer d’une solution de gestion des risques verticalement intégrée.

Les solutions numériques pleinement intégrées se traduisent « par des rendements plus élevés et une meilleure qualité des investissements, sur la base de processus qui tiennent compte de la tolérance au risque et des caractéristiques du client final, dans le respect des critères de durabilité », affirme Alberto Cuccu, PDG international d’Objectway.