Photo : Setsiri Silapasuwanchai / 123RF

À partir du 1er janvier, les conseillers devront documenter leur vérification diligente pour démontrer qu’ils connaissent suffisamment les produits qu’ils conseillent aux clients. Quelles sont celles à effectuer en matière de fonds négociés en Bourse (FNB) pour en faire des alliés de votre croissance ? Quelques réponses pour vous guider.

L’industrie des FNB est en forte croissance. Cette gamme de produits a franchi le seuil des 300 milliards de dollars (G$) d’actif au Canada en 2021, et sa croissance ne s’essouffle pas. Plus de 1200 FNB cotés à une Bourse canadienne sont offerts actuellement sur le marché. Ils séduisent une grande variété d’investisseurs, autant les investisseurs institutionnels que ceux de détail ou les autonomes.

Les FNB représentent des alliés de choix pour les conseillers qui veulent développer leurs affaires, ont expliqué Laurent Boukobza, vice-président et stratège FNB chez Placements Mackenzie, et Alain Desbiens, directeur, FNB chez BMO Gestion mondiale d’actifs, dans un webinaire présenté par Finance et Investissement et Conseiller le 9 décembre dernier. Ils ont donné à cette occasion un aperçu de stratégies à utiliser pour maximiser le potentiel des FNB dans les portefeuilles.

TRANSPARENCE ET DIVERSIFICATION

Qu’ils soient indiciels, à revenus fixes ou thématiques, les FNB présentent plusieurs avantages, a souligné Laurent Boukobza. « Les portefeuilles de FNB ont des comportements plus prévisibles, sont plus efficaces en matière de performance et moins coûteux. Leur gestion simplifiée permet aux conseillers de se concentrer sur les services à valeur ajoutée, tels que le conseil financier, la planification fiscale et successorale, ou la gestion des émotions. »

Les FNB permettent également aux conseillers de se conformer aux réformes axées sur le client, « en particulier les exigences de connaissance du produit », a mentionné Alain Desbiens.

Parmi la quarantaine de manufacturiers de FNB au pays, plus de la moitié offrent l’accès à de l’information transparente sur leur site web grâce à des aperçus et des guides méthodologiques. Cette information permet notamment de comparer les FNB par catégorie d’actifs, d’identifier les actifs sous-jacents ou encore d’effectuer l’analyse comparative en fonction des coûts et de leurs effets sur les rendements.

Un processus de documentation des FNB, plus efficace et plus objectif, permet aux conseillers de mieux se protéger au moment de choisir la composition d’un portefeuille et ainsi mieux servir son client, a précisé Laurent Boukobza.

VÉRIFICATION DILIGENTE AMÉLIORÉE

Les panélistes ont également expliqué les bases du processus de vérification diligente qu’un conseiller doit faire avant de recommander un FNB à son client. Quand vient le temps de choisir un produit, Laurent Boukobza recommande de porter une attention particulière à son ratio des frais de gestion, en raison de son effet sur les rendements.

On doit aussi porter attention à la liquidité du FNB, laquelle est basée principalement d’abord sur celle de ses actifs sous-jacents. Un conseiller doit également considérer l’écart cours acheteur/cours vendeur et son coût, car ce dernier fait partie des frais de détention totaux. Il devrait bien entendu considérer la fiscalité du FNB et de ses composantes, notamment lorsqu’un FNB est inclus dans un compte enregistré.

Par exemple, en raison des règles entourant la retenue d’impôt étranger, il peut y avoir une différence entre le rendement après impôt d’un client qui possède un FNB canadien qui détient comme sous-jacent un FNB américain d’actions américaines et le rendement d’un client qui possède un FNB canadien qui détient directement le panier d’actions américaines.

« On reconnaît les fournisseurs sérieux aux outils robustes qu’ils utilisent pour effectuer la vérification diligente », selon Alain Desbiens. Il conseille de vérifier aussi la solidité et la réputation du fournisseur. À combien s’élève la valeur de son actif sous gestion pour le FNB et celle de son actif total ? L’objectif du placement est-il clair ? Quel est l’indice répliqué par le FNB? S’agit-il d’une reproduction complète ou d’un échantillonnage ?

DES PRODUITS VERSATILES

Les FNB au Canada sont détenus dans une proportion de près de 40 % par des investisseurs institutionnels. Ces derniers utilisent en général des FNB indiciels pour réduire les variations de rendement et réduire l’impact des liquidités sur la performance selon une approche « core-satellite ». « L’efficacité de la structure des FNB leur permet de dégager une partie du budget de risque et de réinjecter cet argent dans des stratégies satellites qui sont plus coûteuses », a analysé Laurent Boukobza.

Les FNB affichent une grande versatilité. Dans le cadre d’une planification de décaissement à la retraite, ils peuvent s’intégrer à une stratégie active de gestion de risque en générant plus de revenus et en limitant le risque, comme avec des produits qui vendent des options d’achat couvertes.

Certains FNB peuvent également minimiser les impacts de l’inflation en utilisant par exemple les titres de créances gouvernementales offrant une forme d’indexation, comme les Treasury Inflation-Protected Security (TIPS). Les FNB ESG (environnement, social et gouvernance), avec leurs caractéristiques de rendement attractives, offrent également des options intéressantes. Les FNB thématiques permettent de profiter du dynamisme de certains secteurs de l’économie, comme la santé, la technologie, l’énergie et les ressources naturelles.

Comme on le voit, les FNB offrent de nombreuses possibilités pour mieux servir les objectifs des clients. L’obligation en matière de connaissance du produit constitue une étape de plus pour accroître encore le potentiel de valeur ajoutée en matière de services offerts par les conseillers.