Personne n’aime parler de la possibilité de souffrir d’une maladie grave, mais ce risque est bien réel. Lorsque la maladie frappe, la priorité est bien sûr le rétablissement. Toutefois, il faut aussi penser à l’aspect financier, c’est-à-dire aux répercussions potentielles sur l’actif et les plans de retraite. Aidez les Clients à trouver les options leur permettant de se protéger et de rester en bonne voie d’atteindre leurs objectifs.

LE RISQUE DE TOMBER MALADE EST BIEN RÉEL

Les placements sont particulièrement vulnérables dans les années qui précèdent ou suivent immédiatement le départ à la retraite. La probabilité qu’un homme moyen de 45 ans souffre d’une maladie grave avant l’âge de 75 ans est de 53,6 %. De plus, au pays, 69 % des retraités ont pris leur retraite à une date différente de celle qu’ils avaient prévue. Parmi eux, 41 % ont invoqué leur état de santé pour expliquer leur départ à la retraite anticipé1. Procurer au Client une protection adéquate peut réduire l’incidence d’une maladie sur le revenu à la retraite.

PRINCIPALES PRÉOCCUPATIONS DES CLIENTS

Gérer ses finances dans un moment aussi difficile peut créer un stress inutile. En effet, les Clients peuvent s’inquiéter des répercussions d’une maladie grave sur leurs finances et se posent des questions. Par exemple :

  • Mon entreprise sera-t-elle aussi rentable même si je ne peux pas m’en occuper?
  • Mon revenu suffira-t-il à rembourser mon prêt hypothécaire et mes dettes, et à assurer ma subsistance?
  • Pourrai-je assumer les dépenses supplémentaires liées à mon rétablissement?

Quand nous répondons aux préoccupations des Clients, nous leur permettons de consacrer leur énergie à ce qui importe le plus – leur rétablissement.

UTILISER L’ÉPARGNE POUR PAYER LES COÛTS LIÉS AU RÉTABLISSEMENT

Vous pouvez aider les Clients à mieux comprendre ce qui peut arriver à leurs finances en cas de maladie grave. En leur expliquant les conséquences de puiser dans l’épargne pour payer les coûts liés au rétablissement, vous les rassurerez dans leur choix de bien planifier leur avenir financier. Voici quelques sujets à aborder :

  • Impôt – Informez les Clients que les retraits d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) sont imposables et que l’impôt à payer varie selon le montant du retrait. De plus, les Clients pourraient payer de l’impôt supplémentaire après avoir présenté leur déclaration de revenus.
  • Croissance ralentie des placements – Les Clients doivent aussi comprendre que l’argent retiré ne fructifie pas, ce qui ralentit la croissance des placements. Les fluctuations des marchés peuvent aussi être défavorables, en raison des occasions manquées lors d’une reprise ou des retraits faits en période de baisse.
  • Perte des droits de cotisation – Les Clients peuvent continuer de cotiser le maximum à leur REER chaque année, mais ils ne peuvent pas verser de nouveau les sommes retirées. La valeur potentielle du régime à la retraite s’en trouve donc réduite.

VOICI ANTOINE

Antoine a 45 ans et est le propriétaire unique d’une petite entreprise. Il a amassé 200 000 $ dans un REER et 40 000 $ dans un régime non enregistré. Son objectif est d’épargner 1,5 million de dollars d’ici ses 71 ans. Cet argent servira à assurer sa subsistance et son niveau de vie, ainsi qu’à aider ses enfants.

Le plan actuel d’Antoine est de verser 18 000 $ à son REER et 3 000 $ à son régime non enregistré chaque année pendant 20 ans, jusqu’à son départ à la retraite à 65 ans. Le tableau ci-dessous présente quatre scénarios qui pourraient se produire d’ici là.

OBJECTIF D’ÉPARGNE AMG SUN LIFEMALADIE GRAVECOÛTS PRÉSUMÉS LIÉS À LA MALADIE ACTIF POTENTIEL À 71 ANS
SCÉNARIO A1,5 M$NonAucuneAucuns1,7 M$* après la conversion du REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR)
SCÉNARIO B1,5 M$NonMaladie grave à 64 ans140 000 $⁺ indexé à l’inflation, soit 250 000 $ sur 19 ans1,28 M$*
SCÉNARIO C1,5 M$OuiMaladie grave à 64 ans140 000 $⁺ indexé à l’inflation, soit 250 000 $ sur 19 ans1,48 M$* si la somme unique de 250 000 $ suffit à couvrir les dépenses liées à la maladie
SCÉNARIO D1,5 M$OuiAucuneAucuns1,6 M$**

Le revenu d’Antoine, à des fins de calcul des droits de cotisation à un REER, s’élève à 100 000 $ et son taux d’imposition présumé est de 35 %. Ce taux d’imposition est donné à titre d’exemple seulement. Le taux réel varie selon la province.

* On suppose un taux de croissance avant impôt de 5 %.
** On suppose un taux de croissance avant impôt de 5 %, que le Client a payé toutes ses primes et n’a apporté aucune modification à son contrat.
+ Estimation du coût total à 45 ans en fonction de la perte du revenu pendant un an, de dépenses liées à la santé de 25 000 $ et d’autres dépenses de 15 000 $.

Dans les scénarios C et D, Antoine affecte une partie de la somme destinée à son épargne à l’achat d’une assurance maladies graves de la Financière Sun Life. Il choisit une T75 avec un remboursement des primes à la résiliation (ou à l’échéance) à 65 ans et une prestation de 250 000 $. Sa prime annuelle d’assurance de 6 010 $ vient diminuer les versements qu’il fait au REER et au régime non enregistré.

En achetant une assurance maladies graves, Antoine s’assure de protéger son actif durant la période cruciale d’accumulation tout en maintenant ses objectifs de retraite.

L’ASSURANCE MALADIES GRAVES PEUT AIDER

Aidez les clients à protéger leur actif. Parlez-leur des avantages de l’assurance maladies graves et accompagnez-les dans la poursuite de leurs objectifs. Voici des points importants à retenir :

  • L’assurance maladies graves aide à protéger les Clients contre les répercussions financières d’une maladie grave.
  • Grâce à l’assurance maladies graves, les Clients peuvent éviter de retirer des fonds de leurs placements.
  • Tenez compte de l’inflation. Au cours des 10 dernières années, le taux d’inflation moyen du coût des soins de santé a été de 4 %2.
  • Les Clients peuvent affecter une partie de l’argent destiné à leur épargne à l’achat d’une assurance maladies graves.
  • Si un Client reçoit le diagnostic d’une affection couverte par son assurance maladies graves et qu’il remplit les critères énoncés dans le contrat, il touche une somme unique libre d’impôt à utiliser pendant son rétablissement3.
  • Si le Client n’a pas besoin de toute la prestation versée, la portion inutilisée pourrait aller dans son épargne.

Si vous avez des questions ou que vous voulez obtenir plus de renseignements sur l’assurance maladies graves de la Financière Sun Life, communiquez avec l’équipe de soutien aux ventes de produits d’assurance.

Voir aussi :

Comment positionner l’assurance maladies graves comme prestation de retraite

Pourquoi faire bien quand on peut faire mieux? Parce que c’est ce qu’il faut faire.

La valeur de l’assurance maladies graves à la retraite



1 Interprétation que fait la Financière Sun Life de la Table de mortalité des retraités canadiens, publiée par l’Institut canadien des actuaires en 2014, et des Tables des taux d’incidence des maladies graves au Canada de 2008, publiées par l’Institut canadien des actuaires en juillet 2012, dont la tendance a été établie jusqu’en 2014.
2 Source : Sondages de la Financière Sun Life sur les soins à domicile, de 2004 à 2017.
3 Selon l’interprétation que fait la Financière Sun Life de la Loi de l’impôt sur le revenu, la prestation versée au titre du contrat Assurance maladies graves Sun Life sera libre d’impôt, car le produit respecte les exigences relatives aux contrats d’assurance contre les accidents et la maladie de toutes les provinces.