Qu’entend-on par capital humain?

Quels sont vos actifs les plus précieux? Votre maison? Votre portefeuille de placements? Votre entreprise, si vous êtes propriétaire d’une entreprise? Ces actifs sont en effet très importants, mais ils ne sont probablement pas les principaux. Songez à votre capital humain. Il se pourrait bien qu’il soit votre actif financier le plus important.

On définit le capital humain comme la somme des connaissances, de l’expérience et de l’expertise que nous possédons et qui contribue à notre potentiel de revenu. Il s’agit de notre plus grand actif. Après tout, nous utilisons notre revenu pour acheter notre maison, constituer notre portefeuille de placements et mettre notre entreprise sur pied. La valeur de notre potentiel de revenu est à la base de tout ce que nous faisons. Nous devons donc bien réfléchir aux risques auxquels nous exposons notre capital humain et à la façon de le protéger contre les risques.

Qu’entend-on par capital financier?

Il ne faut pas s’en tenir uniquement au capital humain. Lorsque nous touchons un revenu, nous utilisons une partie de ce revenu pour faire accroître notre patrimoine. En achetant une maison, en créant une entreprise ou en constituant un portefeuille de placements, nous accumulons de l’actif. Pris dans son ensemble, celui-ci représente le capital financier d’une personne. Il s’agit de la totalité de l’actif que nous accumulons, et cela constitue notre héritage financier. Au fur et à mesure que nous approchons de la retraite, notre capital financier peut devenir une source importante de patrimoine. Il est facile de comprendre en quoi consiste le capital financier. C’est pourquoi la majorité des articles de la presse financière traitent des moyens d’accumuler des actifs, comme les actions, les obligations et les biens immobiliers.

Il est important d’accroître notre capital financier. En prenant des décisions relatives à nos placements, nous faisons des choix réfléchis au niveau du risque que nous sommes prêts à assumer et le rendement que nous voulons obtenir. Il est généralement facile de déterminer la valeur de l’actif qui fait partie du capital financier, car il existe un marché pour estimer la valeur de ce type d’actif. Voici les risques qui sont généralement associés à ce genre d’actif :

  1. La valeur de marché de l’actif peut diminuer.
  2. L’impôt peut réduire la valeur de l’actif durant la vie du propriétaire et à son décès.

Pour nous protéger contre ces risques, nous devons généralement déterminer la valeur de l’actif qui est exposé au risque et ensuite examiner les options qui pourraient le protéger contre les risques. Il existe un grand nombre de stratégies efficaces pour protéger le capital financier, mais, en général, ces stratégies ne tiennent pas compte du risque lié au capital humain.

Quelle est la valeur du capital humain?

Il est beaucoup plus difficile de déterminer la valeur du capital humain que celle du capital financier. Comment évaluer la valeur totale du revenu que vous gagnerez durant le reste de votre vie? Si nous voulons faire un simple calcul, nous pouvons utiliser la totalité du revenu potentiel que vous comptez toucher selon le nombre d’années de vie active qu’il vous reste. Cette approche est simpliste, car elle surestime votre revenu futur exprimé en dollars courants.

Il serait plus précis d’utiliser une autre méthode, qui se base sur la valeur actuelle du revenu escompté durant votre vie. Cette méthode réduira la valeur de votre revenu futur en fonction des taux d’intérêt actuels et prendra en considération vos probabilités de survie (voir le tableau ci-dessous). Lorsque nous calculons le capital humain, il est surprenant de constater que, même dans le cas de niveaux de revenu modérés, le capital humain est élevé. Pour les personnes plus jeunes, le capital humain demeure, dans une grande mesure, l’actif le plus important, qui comporte la plus grande valeur.

Prenons, par exemple, Samuel, qui a 35 ans et qui gagne 70 000 $ par année, déduction faite de l’impôt. Samuel veut utiliser des hypothèses prudentes pour calculer son capital humain. Il compte actuellement travailler jusqu’à 65 ans et il utilisera 40 % de son revenu après impôt pour faire croître son actif durant cette période. Sa maison, son épargne-retraite (c.-à-d. un REER) et son CELI font partie de son actif. Supposons que son actif croissant lui procure un rendement de 5 %, après déduction des frais et de l’impôt et qu’un taux d’inflation de 2 % s’applique au revenu de Samuel sur une période d’emploi prévue de 30 ans. Le capital humain de Samuel équivaut donc à 1,33 million de dollars aujourd’hui! Combien de personnes de 35 ans se rendent-elles compte que la valeur de leur capital humain est aussi élevée?

Risques liés à la valeur du capital humain

À quels risques le capital humain peut-il être exposé? Le plus évident est le décès; après tout, une fois décédés, nous ne touchons plus de revenu. Ce problème est sérieux, car il se peut que plusieurs personnes dépendent de ce revenu, comme notre conjoint, nos enfants et nos partenaires d’affaires. De plus, si le revenu cesse soudainement d’être perçu, le capital financier pourrait ne plus s’accroître.

Le décès est évident, mais quelles sont les conséquences d’une maladie sur le revenu futur? Les risques posés par une maladie ne sont pas aussi bien définis que ceux associés à un décès; celui-ci est permanent tandis que la maladie peut causer une certaine incertitude. Dans le cas d’une maladie, le revenu peut cesser d’être versé temporairement durant la période de rétablissement. Une maladie grave pourrait, quant à elle, déstabiliser le revenu total de la famille si les membres s’occupent du malade pendant la période de rétablissement. L’incidence sur le capital humain peut correspondre à une année de revenu personnel ou à cinq années de revenu familial. C’est difficile à dire.

Nous comprenons moins bien les risques qui sont liés aux sources de revenus, par exemple ceux qui découlent de sources de revenus plus volatiles. Prenons par exemple un employé syndiqué dont le revenu est généralement modéré et stable. Durant la vie active de cet employé, nous pouvons nous attendre, avec un haut degré de certitude, à ce qu’il reçoive ce type de revenu. Comparons cette situation à celle d’une personne qui touche des revenus volatils, comme des commissions. Ce type de revenu est généralement volatil, car l’employé peut toucher un revenu très élevé pendant un certain temps, tandis qu’à un autre moment, il peut être faible ou non existant. La volatilité des sources de revenus peut avoir une incidence importante sur le capital humain et le capital financier si les risques ne sont pas atténués de manière appropriée.

Comment protéger le capital humain contre les risques de décès prématuré

Le décès est probablement le risque le plus important auquel est exposé le capital humain, car il n’y a vraiment plus de revenu à ce moment-là. Un décès prématuré qui survient au moment où une personne atteint presque le sommet de son capital humain peut faire que l’héritage laissé aux proches sera insuffisant. Nous assurons nos voitures contre les accidents et nos maisons contre le feu. Pourquoi ne pas assurer notre capital humain? Pour paraphraser Jack Ma, l’une des personnes les plus riches au monde, les primes d’assurance ne causeront pas notre faillite, mais nos proches pourraient faire faillite si nous n’avons pas d’assurance.

En règle générale, il faut protéger son capital humain uniquement durant sa vie active. En ayant recours à une assurance temporaire, nous pouvons facilement protéger notre capital humain contre les risques de décès. La majorité des gens ne réalisent pas à quel point l’assurance temporaire est abordable. En effet, pour une prime annuelle ou mensuelle très basse, nous pouvons protéger totalement notre capital humain, et ainsi sauvegarder le mode de vie de nos proches et leur laisser un héritage suffisant.

Le tableau ci-dessous indique les primes initiales à payer pour un contrat d’assurance temporaire de 1 million de dollars pour un homme non-fumeur, selon différentes durées et divers âges à l’établissement du contrat.

L’assurance temporaire est un moyen abordable de protéger le capital humain, mais de nombreuses personnes ne le savent malheureusement pas et assument elles-mêmes les risques en n’ayant pas d’assurance.

Comment protéger le capital humain contre les risques pour la santé

Le décès est le risque le plus évident auquel est exposé le capital humain, mais la maladie présente des risques comparables. Nous savons instinctivement qu’une maladie peut entraîner des frais médicaux élevés, mais nous ne connaissons généralement pas l’incidence d’une maladie sur le revenu à long terme. Les problèmes de santé peuvent non seulement mettre le revenu en péril, mais ils peuvent empêcher les proches de travailler, s’ils doivent prendre soin de la personne malade. Cela présente des risques additionnels pour le capital humain de la famille. Quelle est la valeur du capital humain à risque durant une maladie? Le revenu d’une année? De deux? Ou la totalité du revenu? Les longues maladies peuvent déséquilibrer le budget. Il pourrait être totalement impossible d’épargner en vue de la retraite durant une maladie (ou une invalidité), compte tenu du manque à gagner et des frais médicaux à payer.

Les gens ne comprennent malheureusement pas les outils qu’ils peuvent utiliser pour protéger leur capital humain contre la maladie. L’assurance maladies graves sert directement à protéger le capital humain contre la maladie. Elle offre une aide financière pour payer les frais associés aux maladies qui pourraient bouleverser la vie. Si vous souffrez d’une des maladies couvertes par votre contrat et survivez au délai d’attente, vous êtes libre de dépenser la prestation que vous recevez comme bon vous semble.

Le capital financier et le rôle de la diversification

Diversifier est à la portée de tous et c’est un aspect important d’une saine gestion financière. C’est pourquoi on en parle souvent dans le contexte du capital financier. La diversification vise essentiellement à réduire la volatilité d’un portefeuille : le rendement positif de certains placements fera le contrepoids au rendement négatif de certains autres. Les portefeuilles offrent ainsi un rendement maximum, avec un minimum de volatilité.

Les portefeuilles bien diversifiés comportent plusieurs catégories d’actif, comme des obligations, des actions et des biens immobiliers. L’actif, pris dans son ensemble, réduit la volatilité, améliore le rendement et protège le capital. Il est important de diversifier le capital financier, mais, compte tenu de la rapidité à laquelle évoluent les marchés, il est approprié d’élargir la portée de cette technique de gestion du risque en y incluant le capital humain.

Le capital humain et le rôle de la diversification

Non seulement le capital humain ne fait-il pas partie des discussions sur la planification financière normale, mais il est tout à fait inhabituel d’en parler dans le cadre de la diversification. Nous devrions considérer le capital humain comme un actif important qui offre un rendement unique et qui peut contribuer à la diversification d’un portefeuille. Le capital humain s’intègre ainsi au reste de l’actif dans un portefeuille. Chaque secteur de l’économie influence différemment la volatilité du revenu; il est donc approprié de tenir compte de cet aspect lors de la conception d’un portefeuille. Il existe deux façons différentes de songer à la volatilité du revenu lors de la composition d’un portefeuille. Nous pouvons tout d’abord en constituer un qui comporte différents niveaux de risque. Les gens qui ont un capital humain plus volatil (c.-à-d. ceux du secteur des services financiers et de la vente ou ceux qui ont une petite entreprise) devraient envisager d’être plus prudents lorsqu’ils bâtissent leur portefeuille. Ils pourraient par exemple avoir plus de liquidités dans leur compte d’épargne, potentiellement de six à neuf mois de revenu. Ou ils pourraient inclure un plus grand nombre de catégories d’actif de moindre volatilité dans leur portefeuille et investir moins d’argent dans les secteurs qui ressemblent à leur source de revenus. Une personne qui travaille dans le domaine des services financiers pourrait, par exemple, réduire l’actif qu’il détient dans le secteur des services financiers afin de diminuer la proportion de son portefeuille dans ce secteur.

Une autre façon de songer au capital humain est de considérer qu’il présente des caractéristiques qui « ressemblent à celles des obligations » ou à « celles des actions ». Le capital humain qui ressemble aux obligations offre un revenu stable et prévisible, qui s’accroît lentement. Le capital humain qui ressemble à des actions est associé à un revenu potentiel élevé, mais il présente certains risques, comme le manque de sécurité d’emploi. En adoptant cette façon de penser, nous pouvons diversifier les portefeuilles en combinant le capital humain qui est semblable aux obligations à des placements plus audacieux. À l’inverse, nous pouvons allier le capital humain qui ressemble à des actions à la stabilité de produits plus sécuritaires comme des obligations d’État.

Mettre les choses en perspective

Calculer la valeur du capital humain en vaut la peine. Cet exercice nous permet de nous interroger sur l’avenir et de songer à la protection qui nous assurera celui qui nous convient. En tentant de protéger notre capital humain, nous devons répondre à des questions parfois troublantes. Nous pouvons cependant en tirer une grande satisfaction et obtenir une meilleure confiance en l’avenir. Plutôt que de considérer les risques de façon isolée, nous devons adopter une perspective plus globale dans l’économie actuelle.

Des solutions abordables comme l’assurance temporaire et l’assurance maladies graves conviennent à la nature temporaire du capital humain. Nous vous suggérons toutefois d’aller plus loin et de considérer le capital humain comme un actif distinct, de très grande valeur, pouvant s’insérer dans un portefeuille diversifié.

Chaque personne offre des ressources uniques, et, en présentant le capital humain dans votre prochaine conversation financière, vous offrirez un sujet de discussion intéressant, qui diffère de ceux que vous abordez normalement durant une séance de planification.

À voir :  


Mark L. Arruda, BMath, FCIA, FSA, CERA, est vice-président adjoint au développement stratégique des affaires et actuaire du marketing pour la distribution des produits d’assurance à la Financière Sun Life. Il a trouvé son créneau : expliquer aux conseillers les aspects souvent complexes de la conception des produits en termes simples, afin qu’ils repèrent plus facilement les occasions et contribuent à l’atteinte des objectifs des Clients en matière de finances et de retraite.