Voici deux faits à prendre à considération. Tout d’abord, le taux d’intérêt offert habituellement par les banques à charte canadiennes pour les comptes d’épargne sans privilège de chèques s’élève à 0,5%[1]. Ensuite, selon InvestorEconomics, une société de recherche et d’experts-conseils, les épargnants ont mis de côté unbillion de dollars dans divers types de comptes bancaires en 2015.

Posez-vous maintenant cette question : Si les épargnants reçoivent si peu pour l’argent qu’ils conservent à la banque, pourquoi n’investissent-ils pas dans des produits qui leur procureraient un meilleur rendement? On pourrait croire que la réponse a quelque chose à voir avec l’âge, que les épargnants plus âgés ont tendance à être plus prudents et qu’ils veulent seulement avoir l’esprit tranquille, soit de savoir que leur argent est à portée de main.

Mais si vous croyez que les personnes plus âgées sont les seules à laisser dormir leur épargne, détrompez-vous. Selon le rapport sur l’opinion du marché2016 de Placements mondiaux SunLife, le portefeuille des 9,5millions de personnes que compte la générationY au pays(âgées de 18 à 30ans) est composé de liquidités à 31% en moyenne, soit tout juste derrière le portefeuille des épargnants de plus de 67ans qui lui est constitué de liquidités à 37%.

Toujours selon le rapport, près de 33% des épargnants de la générationY ont également vendu des placements en2016 pour générer des liquidités. Parmi ces personnes, 50% ont dit l’avoir fait par crainte de perdre de l’argent. C’est probablement la raison pour laquelle les épargnants préfèrent conserver autant d’argent dans leurs comptesbancaires.

Toutefois, comme l’indique le premier tableau ci-après, bien qu’accumuler de l’argent puisse procurer un sentiment de sécurité chez certaines personnes, elles sont perdantes lorsque l’on tient compte de l’inflation. De plus, tel que l’illustre le deuxième tableau, pour la période indiquée, elles auraient peut-être dû conserver leur placement à long terme dans un fonds équilibré bien diversifié.

rrc_avril_2017_expert_opinion_cindy_crean_tableau_1_650

rrc_avril_2017_expert_opinion_cindy_crean_tableau_2_650

Alors, comment les clients peuvent-ils épargner en vue de la retraite ou générer un revenu de retraite en transférant une partie de leurs liquidités dans un placement qui pourrait leur procurer un meilleur rendement? Nous avons demandé à CindyCrean, directrice générale, gestion privée, Placements mondiaux SunLife, de nous faire part de son opinion sur la préférence marquée des épargnants pour les liquidités et des raisons pour lesquelles ils devraient envisager d’autres placements.

Pourquoi les épargnants conservent-ils autant de liquidités selon vous?

De nombreuses raisons peuvent l’expliquer; tout dépend de l’individu et de sa situation particulière. On a tendance à tout remettre au lendemain et ainsi l’argent des épargnants reste sur la touche jusqu’à ce qu’ils passent à l’action. Des mois, voire des années peuvent s’écouler, ce qui peut se traduire par un coût d’opportunité. Aussi, il se peut que les épargnants identifient le risque que présentent les autres placements et qu’ils n’investissent pas leurs liquidités pour conserver leur capital. Malgré tout, un véritable coût est associé à cette inactivité.(Voir le tableau ci-dessus.)

Êtes-vous surprise que les personnes de la générationY détiennent presque autant de liquidités que leurs grands-parents?

Oui, ça me surprend. La générationY semble craindre le risque et le coût d’opportunité lié aux placements qu’ils ne font pas est énorme. C’est simple, les personnes de la générationY disposent d’un long horizon de placement jusqu’à la retraite. Elles peuvent donc investir leur épargne selon leur tolérance au risque et s’assurer d’atteindre leurs objectifs d’épargne pour la retraite ou pour d’autres objectifs à long terme. De plus, compte tenu des faibles taux d’intérêt actuels, de l’impôt et de l’inflation, le rendement lié à leurs liquidités peut être négatif.

Quelle est l’incidence de sa préférence pour la liquidité sur le plan de retraite d’un client?

Tout dépend de l’étape de la vie où le client est rendu. Plus il est jeune, plus l’incidence sera grande, car il renonce aux rendements composés. Aujourd’hui, dans le contexte des faibles taux d’intérêt, les clients doivent investir dans des placements qui leur procureront un rendement qui leur permettra d’atteindre leurs objectifs à court et à long termes, y compris de vivre leur retraite à leur façon au moment qui leur convient. Les épargnants pourraient se rendre compte qu’ils devront travailler plus longtemps ou viser un revenu moins élevé à la retraite s’ils n’investissent pas leur épargne à un taux de rendement convenable. Proposer un plan pour la retraite permet d’exposer ce problème aux clients et de les aider à se mettre sur la bonne voie pour atteindre leurs objectifs de retraite.

Quel conseil donneriez-vous à un conseiller dont le client conserve un montant d’argent assez important dans un compte bancaire ou dans un compte de placement?

J’ai travaillé avec de nombreux clients qui se trouvaient dans cette situation. Établir un plan est le meilleur conseil que je puisse donner. Une fois que le client verra à quel point conserver autant de liquidités a une incidence sur ses objectifs financiers, il sera plus en mesure d’investir son argent dans un portefeuille bien diversifié qui répond à sa tolérance au risque.

Qu’en est-il de la générationY? Que diriez-vous aux personnes qui en font partie?

Tout dépend de leur situation personnelle. Si elles épargnent pour un objectif à court terme comme une mise de fonds pour une maison, elles pourraient vouloir investir prudemment afin d’avoir accès aux fonds lorsqu’elles en auront besoin. Si elles investissent pour un objectif à long terme comme les études de leurs enfants ou la retraite, elles devraient travailler avec un conseiller pour établir un plan qui leur permettra d’atteindre leurs objectifs et d’investir leur argent.

Quels autres placements recommanderiez-vous aux conseillers qui ont des clients qui approchent de la retraite?

Encore une fois, tout dépend de la situation du client. De manière générale, s’il souhaite utiliser son argent dans un avenir rapproché, je lui recommanderais d’envisager une solution gérée bien diversifiée qui permettra de générer des rentrées de fonds. Une solution gérée avec une certaine exposition aux actions peut également faire croître leur épargne à la retraite et créer une protection contre l’inflation.

Selon l’Indice canadien de report de la retraiteSunLife2015, la majorité de la population souhaite percevoir un certain revenu garanti à la retraite. Est-ce qu’un transfert dans des produits de fonds distincts comme les FPG Financière SunLife(Fonds de placement garanti) se révélerait une bonne stratégie?

Oui, il pourrait s’agir d’une bonne stratégie pour certains clients. De nombreux épargnants ne profitent pas d’un régime de retraite et les produits de fonds distincts peuvent les aider à obtenir un revenu garanti pendant leurs années à la retraite(tel que cet aperçu d’Avantage à vie FPG Sun Life le démontre). Cette stratégie est également appropriée pour les clients qui souhaitent un revenu garanti pour couvrir les dépenses de base, car elle peut aider à leur procurer la tranquillité d’esprit.

De quelle façon les produits de fonds distincts aident-ils les épargnants à atteindre leurs objectifs d’épargne à long terme?

Ils peuvent fournir les garanties souhaitées par de nombreux épargnants. Certains produits de fonds distincts procurent des garanties en matière de placement et de succession qui peuvent aider des clients qui éprouvent une aversion pour le risque à dormir sur leurs deux oreilles. De plus, les épargnants ont la possibilité d’enregistrer des rendements plus importants qu’avec leurs liquidités.

Est-ce que les produits de fonds distincts conviennent aux clients aisés qui ont d’importantes liquidités?

Les produits de fonds distincts peuvent convenir parfaitement aux clients qui recherchent des garanties et des avantages pour le règlement au décès. Si les clients ressentent une forte aversion au risque, les produits de fonds distincts peuvent leur procurer la tranquillité d’esprit ainsi que la possibilité de faire croître leur épargne. Ils peuvent convenir, par exemple, d’investir une partie de leurs placements dans le but de se procurer un revenu garanti pour les dépenses de base et certains avantages de la planification successorale.

Il est important pour les clients de travailler avec un conseiller pour établir un plan de retraite complet afin qu’ils puissent comprendre la façon dont les solutions de placement, comme les produits de fonds distincts, peuvent les aider à atteindre leurs objectifs de retraite et de planification successorale.

Pour obtenir plus de renseignements sur les solutions de gestion de patrimoine de la Financière SunLife, visitez le site de Placements mondiaux SunLife ou celui des FPG Financière SunLife.


* Cindy Crean
Directrice générale, gestion privée, Placements mondiaux SunLife

Cindy Crean est directrice générale, services aux particuliers à Placements mondiaux SunLife. Dans ses fonctions, elle est chargée d’enrichir et de diriger notre offre de services et de produits aux particuliers. Mme Crean, qui possède une vaste expérience allant de la planification fiscale et successorale à la conception, à la direction et au développement de stratégies en gestion de patrimoine, occupait récemment le poste de directrice générale, Services consultatifs de gestion de patrimoine, Gestion privée de patrimoineCIBC. Elle était une membre clé de l’équipe de direction de Gestion privée de patrimoine CIBC et, dans le cadre de ses fonctions, elle a attiré un nombre important d’actifs vers WoodGundy et Gestion privée de portefeuille CIBC, en plus de faire progresser les Services consultatifs de gestion de patrimoine dans les compagnies membres de la CIBC. Avant de faire partie de la CIBC, Mme Crean était vice-présidente adjointe, comptes nationaux à InvescoTrimark, où elle était responsable du réseau de succursales bancaires à l’échelle nationale. Mme Crean est titulaire d’un baccalauréat ès arts en économie de l’Université WilfridLaurier. Elle possède le titre de planificatrice financière agréée(CFP).