Après presque trois ans de débats toujours plus acrimonieux, les Britanniques ont voté pour un retrait de l’Union européenne – plongeant du même coup les marchés financiers dans la tourmente et alimentant ainsi l’incertitude quant à l’avenir de l’UE.

Le premier ministre David Cameron a assumé la responsabilité du résultat. En effet, c’est lui qui a décidé d’organiser un référendum pour calmer les membres de son parti, le Parti conservateur, de plus en plus opposés à ce qu’ils (et maintenant une partie importante de la population) considèrent comme une mainmise croissance de Bruxelles sur le pouvoir économique et politique.

Les Britanniques ont pris le pari que, même si leur économie se porte plutôt bien, ils seront en meilleure posture en dehors de ce que les médias du pays aiment appeler le «gâchis européen». Il leur faudra toutefois attendre un peu avant de savoir s’ils ont remporté la mise.

Entre-temps, les marchés financiers n’aiment clairement pas ce qui se passe, et l’indice STOXX Europe 600, qui sert d’indicateur à la fois pour les actions du Royaume-Uni et de la zone euro, a chuté de presque 10 % (en euros) pendant la campagne. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a également déclaré que le pays devrait maintenant absorber plusieurs chocs économiques, notamment une possible récession et une dépréciation de la livre quand les investisseurs internationaux délaisseront la devise.

D’AUTRES PROBLÈMES EN VUE POUR L’UE?

L’UE sort à peine d’une période de faible croissance. Son économie fragile pourrait souffrir davantage si la décision des Britanniques venait à renforcer les craintes d’un démantèlement de l’Union, causant une perte de confiance des entreprises et un exode de capitaux vers des pays refuges.

Cela pourrait également avoir des répercussions négatives sur l’économie mondiale : les dirigeants du G7 ont indiqué que la sortie du Royaume-Uni de l’UE pourrait entraîner une diminution des échanges et des placements à l’échelle mondiale, qui sont créateurs d’emplois.

L’avenir de l’UE sera débattu au cours d’élections générales prévues l’an prochain dans plusieurs pays européens, et la décision des Britanniques de faire cavalier seul pourrait galvaniser les forces politiques opposées à l’Union. Par ailleurs, les dirigeants de certains de ces pays ont sans nul doute remarqué que M. Cameron avait pu négocier des concessions de la part de l’UE dans la foulée de l’annonce de la date du référendum. Ils pourraient utiliser la même stratégie pour négocier leurs propres ententes, et possiblement affaiblir encore davantage l’UE.

ET MAINTENANT?

Nous nous attendons à ce que l’UE tente de calmer le jeu en rassurant les marchés financiers sur l’existence d’une stratégie postréférendaire crédible. Elle devra également engager des discussions avec le Royaume-Uni qui, en vertu des traités, dispose de deux ans pour négocier un accord de sortie.

Si aucun accord n’est conclu, toutes les obligations prendront fin, ce qui pourrait causer des torts aux deux parties. C’est particulièrement le cas pour le Royaume-Uni, dont les exportations vers l’UE représentent 13 % de son PIB de 1,8 billion £, là où les exportations de l’UE vers le Royaume-Uni représentent seulement 3 % de son PIB de 11,7 billions £.

En raison de sa dépendance au marché européen, il est probable que le Royaume-Uni finisse par conclure un accord de libre-échange avec l’UE, comme l’a fait la Turquie. Ou, comme la Suisse, le pays pourrait négocier une série d’ententes distinctes qui lui donneraient accès aux marchés européens tout en lui laissant le contrôle de ses frontières et de son économie.

Toutefois, il faut s’attendre à ce que la négociation d’une nouvelle relation financière dans un climat postréférendaire tendu soit un processus long et difficile.

NOTRE APPROCHE TACTIQUE POSTRÉFÉRENDAIRE

Dans les mois qui ont précédé le référendum, nous avons diminué les placements en actions du Royaume-Uni et de la zone euro dans les Solutions gérées Granite Sun Life, convaincus que la volatilité augmenterait à mesure que le vote approcherait, et par la suite si les Britanniques votaient pour une sortie de l’UE.

Toutefois, nous avons une vision stratégique qui comprend des placements en Europe, mais seulement lorsque nous aurons la certitude que les valeurs et les risques sont revenus à la normale. Cela pourrait prendre un certain temps ou se produire rapidement. Dans les deux cas, nous utilisons des outils stratégiques qui nous permettront de peaufiner notre approche selon la conjoncture des marchés.

Pour l’instant, nous croyons que les investisseurs devraient éviter de se laisser impressionner par tous les scénarios pessimistes qui ont cours au sujet de l’avenir du Royaume-Uni et de l’Europe. Au contraire, soyez patients – les occasions d’investir se présenteront quand les deux parties se seront entendues sur leur séparation et en seront venues à un nouvel accord.

La version PDF de cet article est également disponible sur le site Placements mondiaux Sun Life.

Les Portefeuilles gérés Granite Sun Life effectuent des placements dans des organismes de placement collectif et/ou des fonds négociés en Bourse (FNB). Les placements dans les organismes de placement collectif peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les épargnants devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Le présent document contient des renseignements sommaires publiés à titre indicatif par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. Bien qu’il ait été préparé à partir de sources considérées comme fiables, Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. ne peut en garantir l’exactitude ou l’exhaustivité. Ce document vise à fournir des renseignements généraux qui ne doivent pas être considérés comme des conseils de placement ou des conseils financiers, fiscaux ou juridiques s’appliquant à des cas particuliers. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et non nécessairement celles de Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. ou de ses filiales. Nota : Les énoncés prospectifs contenus dans ce commentaire, le cas échéant, sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers. Rien ne garantit que les événements envisagés dans ces énoncés auront lieu, ou qu’ils se dérouleront de la manière prévue. Veuillez obtenir l’avis d’un conseiller professionnel avant de prendre une décision en fonction des renseignements qui figurent dans ce document.