Depuis quelques années, chaque jour, plus de 1 000 personnes au pays atteignent 65 ans, âge habituel du départ à la retraite[1]. Alors, quelle est la situation des Canadiens en matière de retraite?

En fait, elle est assez bonne, mais elle pourrait être bien meilleure!

Les résultats d’un sondage mené auprès de plus de 16 000 personnes de 15 pays nous donnent un aperçu de la façon dont les gens se préparent pour la retraite.[Tweetez ceci] Selon le rapport The New Social Contract : a blueprint for retirement in the 21st century du Aegon Center for Longevity and Retirement, il est temps de prendre des mesures décisives en matière de planification de la retraite dans les domaines de l’épargne, de l’âge du départ à la retraite (qui devrait être flexible), de la santé et de la littératie financière.

Résultats du sondage

Pour financer leur retraite, les Canadiens ne dépendront pas de leur gouvernement autant que les Espagnols, par exemple. Ici, 40 % des gens se fient à l’État, 27 % à leur employeur et 33 % à leur épargne personnelle pour le faire. Quant aux Espagnols, deux tiers (66 %) dépendront de l’État, 11 % de leur employeur et 23 % de leur épargne personnelle. Cependant, les Canadiens s’attendent toujours à ce que la majorité de leur revenu de retraite provienne de l’État et de leur employeur.[Tweetez ceci] En fait, deux tiers des répondants ont indiqué ces trois grandes sources :

Quelles seront vos sources de revenu à la retraite?
cdr_sunlife_september_2018_retraite_canadiens_mieux_preparer_tableau_1_600

Les résultats canadiens ressemblent à ceux des États-Unis. En Inde, les gens estiment qu’ils devront se fier à leur épargne et à leurs placements personnels plutôt qu’à l’État.

Les gens ont tendance à moins se fier à l’État pour financer leur retraite et ils n’ont pas confiance en l’avenir des retraités. À l’échelle mondiale, presque la moitié des gens pensent que la situation des prochaines générations de retraités sera pire que celle d’aujourd’hui. Au pays, 46 % des gens croient que la situation se détériorera, ce qui est comparable aux résultats internationaux. Seulement 9 % estiment que la situation s’améliorera, et 13 % ont indiqué qu’ils n’en savent rien.

Quelle sera la situation des prochaines générations de retraités?
cdr_sunlife_september_2018_retraite_canadiens_mieux_preparer_tableau_2_600

Comparons les réponses obtenues au Canada à celles de la Chine et du Japon. Plus de la moitié des répondants chinois croient que la situation des prochaines générations de retraités s’améliorera. À l’inverse, presque 6 répondants japonais sur 10 croient que la situation des générations futures se détériorera, tandis que 3 % estiment que la situation sera meilleure.

Au Canada, presque la moitié des gens pensent que la situation des futurs retraités ne sera pas aussi bonne que celle des retraités actuels.[Tweetez ceci] Pourtant, plusieurs négligent l’une des étapes les plus importantes de la planification de la retraite : seulement 17 % ont un plan de retraite écrit et 38 % n’en ont aucun.

Avez-vous un plan?
cdr_sunlife_september_2018_retraite_canadiens_mieux_preparer_tableau_3_600

Les résultats des États-Unis ressemblent à ceux du Canada. Parmi les 15 pays, c’est en Pologne que l’on retrouve le plus faible pourcentage de répondants (5 %) qui possèdent un plan écrit. Du côté de la Chine, les gens semblent avoir besoin d’un peu plus d’encouragement pour finaliser la planification de leur retraite : c’est le pays qui a le plus haut pourcentage de répondants (61 %) qui ont un plan, mais qui n’est pas écrit.

Appels à l’action

Ces quelques résultats indiquent qu’un grand nombre de Canadiens ne sont pas réalistes quant au soutien qu’ils obtiendront de l’État à la retraite, qu’ils pourraient avoir plus confiance en l’avenir de leur retraite et qu’ils devraient rédiger un plan de retraite. Selon le rapport sur la préparation à la retraite, nous devons établir un nouveau contrat social durable et souple, qui pourra évoluer dans le temps. Ce contrat devrait comprendre 9 caractéristiques essentielles, dont 4 s’appliquent tout particulièrement aux Canadiens[2] :

  1. Offrir un accès universel aux gens afin qu’ils puissent épargner pour la retraite. L’industrie des services financiers, les groupes communautaires et d’autres organismes à but non lucratif doivent développer plus de services et de solutions d’épargne à long terme afin d’encourager les Canadiens à épargner davantage.
  2. Bien des personnes, dont les Canadiens, ne peuvent pas prendre leur retraite à l’âge habituel de 65 ans, ou elles ne sont pas prêtes à le faire. Les gouvernements et les entreprises doivent être plus souples et aider les citoyens et les employés à faire la transition vers la retraite. Ils pourraient, par exemple, établir des horaires variables pour les travailleurs plus âgés ou leur offrir des emplois valorisants.
  3. Au Canada, comme dans bien d’autres pays, on vit plus longtemps. Pourtant, nombreux sont ceux qui ne font pas ce qu’il faut pour protéger leur santé à long terme. Les gouvernements, les employeurs, les fournisseurs de soins de santé et d’autres organisations doivent convaincre les Canadiens de manger mieux et de faire plus d’exercice, car c’est ce qui leur permettra de profiter davantage de leur retraite.
  4. Dire aux gens qu’ils devraient en faire plus pour protéger leur avenir financier, ce n’est pas suffisant. Ce sont aux écoles, aux gouvernements et aux employeurs d’en faire plus pour développer la littératie financière des Canadiens, afin qu’ils puissent prendre des décisions judicieuses pour leurs placements et leur épargne-retraite.

Vous jouez un rôle crucial dans la préparation à la retraite des clients et la mise en application des mesures à prendre. Vous pouvez aider les clients à faire un budget dans le but d’épargner davantage pour la retraite, les inciter à réfléchir à leurs projets à long terme, leur suggérer des façons d’adopter un mode de vie sain pour qu’ils puissent profiter d’une retraite peut-être plus longue, et les renseigner davantage sur l’assurance et les placements.

Vous pourriez commencer par leur proposer des produits garantis. Ces solutions comprennent les fonds distincts (ou fonds de placement garanti), et les rentes viagères. Les fonds communs de placement peuvent, quant à eux, fournir aux clients une croissance potentielle.

Fonds distincts ou fonds de placement garanti (FPG)

Les FPG Financière Sun Life peuvent aider les clients à répondre à certains besoins particuliers durant les différentes étapes de leur vie, par exemple, au moment où ils veulent :

  • Constituer leur épargne et la protéger.
  • Réduire les risques qu’ils doivent assumer à l’aide de garanties sur leurs placements.
  • Obtenir les avantages associés à l’assurance traditionnelle, comme la possibilité de désigner un bénéficiaire, de profiter d’une protection potentielle contre les créanciers et d’éviter les frais d’homologation.

Rentes viagères

Les rentes viagères, un type de rentes à constitution immédiate, versent un revenu garanti mensuel tant que le client est en vie, après le paiement d’une prime initiale. Malgré les faibles taux d’intérêt actuels, les rentes viagères offrent des taux de revenu très intéressants. Selon l’âge du client, il est possible de générer des taux de revenu garanti à vie qui varient entre 4 % et 6 % ou qui sont supérieurs.

En cette période de taux d’intérêt très faibles, les rentes viagères et les FPG sont de puissants outils qui peuvent aider les clients qui craignent d’épuiser leur épargne de leur vivant. Compte tenu des taux de revenu qui varient entre 4 % et 6 % de la prime versée, il est peu probable que d’autres types d’actif puissent générer de tels rendements sans engendrer de risques inutiles. Quand vous réduisez les risques liés à la retraite, vous pouvez aider les clients à atteindre une sécurité financière durable et à avoir confiance en l’avenir; ils pourront ainsi profiter de la vie après 65 ans.

Fonds communs de placement

Dans le cadre de leur plan de retraite, les clients peuvent détenir des fonds communs de placement dans des comptes enregistrés comme les REER, les FERR, les CELI et certains régimes de retraite. Ils peuvent aussi détenir des fonds communs de placement dans des régimes de revenu de retraite fiscalement avantageux afin de participer aux marchés.

À la retraite, les fonds communs de placement peuvent offrir un potentiel de croissance qui n’est pas disponible avec une rente. Pour de nombreux investisseurs, les fonds communs de placement permettent de couvrir le risque lié à l’inflation et de faire durer leur épargne tout au long de leur vie.

Autres ressources

  • Grâce au calculateur d’épargne-retraite, vous pouvez montrer aux clients combien ils devront épargner pour la retraite et leur indiquer s’ils sont en voie d’atteindre leurs objectifs d’épargne-retraite.
  • Utilisez le calculateur de rente avec les clients pour leur donner un aperçu du revenu de retraite qu’ils toucheront d’une rente viagère.
  • Pour en savoir plus sur les stratégies liées à la transmission du patrimoine d’une génération à l’autre, à la planification successorale et fiscale, à la planification de la retraite et à la planification financière, communiquez avec un membre de votre équipe de soutien aux ventes de produits de gestion de patrimoine.

[1] Tableaux de données, Recensement de la population de 2016, Statistique Canada. Pour ce recensement, 421 370 Canadiens étaient âgés de 64 ans; cela signifiait qu’en moyenne 1 155 personnes devaient atteindre quotidiennement l’âge de 65 ans en 2017.
[2] Les quatre points suivants proviennent de la page 4 du rapport The New Social Contract : a blueprint for retirement in the 21st century, publié à la suite du sondage 2018 d’Aegon sur la préparation à la retraite.