Couple de retraités assis sur un canapé.
Photo : Cathy Yeulet / 123RF

Fred Sievert, ex-président d’une entreprise faisant partie de la liste Fortune 100, a trouvé la recette du bonheur à la retraite et la partage dans son livre Happier, Healthier and Younger in Retirement. Selon l’auteur, certains aspects non financiers sont essentiels à une retraite heureuse. 

Évidemment, l’auteur commence par prévenir ses lecteurs de l’importance de consulter un professionnel en matière de planification financière et de respecter le plan établi avec celui-ci, car cela permet de ne pas paniquer et d’accumuler suffisamment de richesses pour bien entamer la prochaine phase de votre vie. Mais, selon Fred Sievert, le bonheur dépend également de multiples aspects non financiers.

« Bien que la préparation financière pour une retraite en sécurité contribue énormément à notre bonheur, j’ai trouvé encore plus important d’assister à tous les autres aspects non financiers du style de vie et des projets d’après-carrière », affirme l’auteur du livre.

« RETRAITÉ, UN ABUS DE LANGAGE »

Selon lui, la retraite ne doit pas être pensée comme une période de détente, il en vient même à rejeter le mot « retraité », qu’il considère comme un abus de langage. Il affirme que la relaxation et le repos n’ont pas vraiment leur place dans sa formule pour être heureux après avoir quitté la vie active.

Pour bien planifier les aspects non financiers de la retraite, Fred Sievert estime qu’il faut commencer le plus tôt possible à se poser les trois questions suivantes :

  1. Quelles sont vos plus grandes passions ou ce qui vous procure le plus de satisfaction? Souvent, les gens sont heureux lorsqu’ils poursuivent leurs passions, il est donc important de déterminer quelles sont celles-ci. Les réaliser procure généralement un grand sentiment de satisfaction, explique Fred Sievert.
  2. Quelles sont vos compétences que vous pourriez exploiter au mieux pour être satisfait à la retraite? L’auteur du livre part de l’idée que, souvent, il y a une corrélation entre ce qu’on aime faire et ce pour quoi on est doué. Ainsi, si on parvient à déterminer ce pour quoi on a un don, il devrait s’agir d’une activité qui nous rend également heureux.
  3. Que faire pour avoir le plus d’effet possible sur votre entourage lorsque vous vous retirerez de votre vocation actuelle? Après avoir répondu aux deux premières questions, vous devrez penser à la façon dont vous vous préparerez pour la prochaine phase de votre vie. Certaines idées prennent plus de temps à réaliser ou de préparation. Peut-être devrez-vous envisager de suivre de nouveaux cours.

Gardez en tête que selon ce que vous ou vos clients choisirez de faire à la retraite pour être « heureux » nécessitera peut-être d’être pris en compte dans le budget. Il serait donc intéressant de poser ces questions à vos clients pour adapter davantage leur planification financière.