Couple de retraités en randonnée.
Photo : Wang Tom / 123RF

Certains comportements aident à mieux préparer sa retraite. Mieux vaut les adopter dès que possible.

1. ÉPARGNER D’ABORD, DÉPENSER ENSUITE

Épargner est un geste à adopter le plus tôt possible, rappelle Le Journal de Montréal.

Avec les intérêts composés, plus on commence à épargner jeune, plus les montants deviennent importants à l’âge de la retraite. En commençant à épargner tardivement, l’effort devra être beaucoup plus important pour parvenir aux mêmes montants. Et c’est sans compter sur l’endettement, qui gruge les liquidités : non seulement on doit payer tôt ou tard pour nos achats, mais on devra aussi payer les intérêts de la dette. Autant d’argent qui sort de nos poches… et qui ne nous profitera plus.

2. OUBLIER LES PRÉJUGÉS SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE

Pourquoi refuser de cotiser au régime de retraite de son employeur pour se contenter des rentes des gouvernements? La pension de vieillesse fédérale verse moins de 900 $ par mois, quand Retraite Québec donne 1 155 $ mensuellement aux 10 % de Québécois les plus démunis, rappelle Le Journal de Montréal.

Quant aux régimes de retraite d’employeur, certains les négligent en préférant conserver leur argent pour le dépenser. Ce serait oublier que certains employeurs doublent l’effort d’épargne, sans compter les rendements à venir. Ce serait dommage de ne pas en profiter.

3. PANIQUER AVEC SES PLACEMENTS

Les marchés financiers chutent : on peut choisir de retirer ses investissements pour les mettre dans des placements sécuritaires, mais qui ne rapportent rien. Cela revient à encaisser ses pertes et à se contenter de conserver des actifs dévalorisés, sans perspectives de rendement. Mieux vaut conserver une épargne diversifiée, capable d’offrir des rendements sur le long terme.