Photo : Andriy Popov / 123RF

Dans un récent article, Christine Benz, directrice du service des finances personnelles de Morningstar, nous présente quatre informations à vérifier sur le plan financier de vos clients, afin de ne négliger aucune donnée essentielle.

1. LE RISQUE BOURSIER

Un marché à la hausse peut donner l’impression que le portefeuille de votre client est à toute épreuve. Cependant, des recherches menées en 2012 par Rui Yao et Eric Park ont démontré que même quand on prend sa retraite après des périodes de gros rendements boursiers, cela, de façon assez peu logique, réduit souvent la durabilité du portefeuille plutôt que l’améliorer.

Cela ne veut pas nécessairement dire que si la retraite de votre client coïncide avec un marché haussier,  vous devez leur conseiller de transformer tous leurs avoirs en liquidités ou même de retarder leur départ à la retraite. Il suffit de surpondérer les titres sûrs du portefeuille qui serviront à pallier d’éventuels ralentissements du marché.

2. L’INFLATION

Il est essentiel de prendre en considération la façon dont l’inflation affecte le pouvoir d’achat des futurs retraités. Surtout dans le cas où une portion importante de leur portefeuille est détenue dans des obligations ou des liquidités (ce qui représente une bonne stratégie pour une planification de retraite), car l’augmentation des prix des biens et services réduit le pouvoir d’achat que procureront les rendements futurs.

Aussi, vu que les dépenses de santé représentent une part plus importante des dépenses totales des foyers d’adultes plus âgés, ceux-ci sont particulièrement  affectés par l’inflation et la croissance des prix.

Il y a alors deux façons de se protéger de ces effets. La première consiste à s’orienter vers des placements conçus dans ce but, tels que les obligations indexées à l’inflation. La deuxième est de détenir une bonne proportion d’actions tout au long de la retraite. « Avec le temps, les actions sont les placements qui représentent habituellement les meilleures chances de rapporter plus que l’inflation ne coûte », précise Mme Benz.

3. LES IMPÔTS

Si vous avez discuté avec vos clients de leur plan de retraite, vous avez sûrement consacré beaucoup de temps aux répercussions fiscales. Au-delà de l’imposition de la sécurité de la vieillesse et de la rente du régime de pension, l’épargne accumulée subira plusieurs prélèvements durant les années de retrait, surtout si le client a opté pour des comptes à imposition différée.

« Le gouvernement peut aussi réclamer une partie de l’appréciation éventuelle des comptes imposables pour lesquels l’impôt n’a pas encore été payé. Ces prélèvements peuvent priver votre client d’un bon morceau de ce qu’il aurait touché autrement », précise Mme Benz.

4. LES DÉPENSES IMPRÉVUES

Même la meilleure des planifications ne peut pas échapper aux surprises. Il est alors primordial de prévoir un fonds d’urgence. Celui-ci peut provenir de prélèvements automatiques, ou de mises de fonds périodiques, et permettra à vos clients d’être sûrs de respecter les objectifs fixés en matière de taux de retrait.