Homme d'affaires mature, regardant par la fenêtre d'un immeuble.
Photo : HONGQI ZHANG / 123RF

Une succession n’est pas une chose qui se prépare au dernier moment. Elle demande du temps et souvent des expertises diverses. Chaque succession est unique et exige une solution spécifique sur mesure et un accompagnement individuel. Il est donc essentiel d’aborder rapidement le sujet avec ses clients.

Très souvent, les entrepreneurs n’aiment pas réfléchir au moment où ils devront passer le flambeau et n’ont pas de plan précis pour leur retraite.

« Quand nous demandons s’il existe un plan concret pour la succession ou la cession, on nous répond souvent par la négative », affirme Eleonora Del Fante Ferrario, conseillère clients professionnels à UBS, au journal suisse Le Temps.

Pourtant, celle-ci demande un certain temps de préparation. Il est donc du devoir du conseiller d’aborder le sujet de la planification à long terme.

Chaque entreprise a sa propre histoire et il est important de trouver la solution idéale pour assurer son avenir. Trois pistes de solutions se profilent :

  1. La cession de la société dans la famille de l’entrepreneur
  2. La vente à la direction actuelle ou à une nouvelle direction
  3. La vente à des investisseurs financiers ou à une autre entreprise dans le cadre d’une transaction de reprise

Voici cinq étapes clés pour une succession d’entreprise réussie :

1) Prévoir

On ne sait jamais ce qui pourrait arriver. Il n’est donc jamais trop tôt pour se pencher sur l’avenir de l’entreprise. Il est donc bon d’aborder rapidement des sujets comme les contrats de succession, les mandats pour cause d’inaptitude ou encore une directive anticipée.

2) Définir une stratégie de propriétaire

Les successions viables devraient se baser sur les objectifs de la famille de l’entrepreneur. Un conseiller se doit donc de définir les intérêts financiers et personnels essentiels de chacun.

3) Planifier sa succession

La question de la succession est souvent ignorée pour des raisons émotionnelles, mais un entrepreneur responsable devrait planifier celle-ci des années avant sa retraite.

« Idéalement, le processus débute quand le propriétaire actuel atteint la cinquantaine, affirme Eleonora Del Fante Ferrario, conseillère à la clientèle. De quoi offrir au propriétaire le temps nécessaire pour préparer soigneusement son entreprise à la cession ultérieure et lui permettre de se pencher sur la solution de succession optimale de façon approfondie. »

4) Évaluer plusieurs options stratégiques

Un imprévu est très vite arrivé, c’est pour cela qu’il est important de prévoir d’autres solutions de succession. Celles-ci comportent généralement des avantages et des inconvénients pour l’entreprise et la famille de l’entrepreneur. Il est donc essentiel de s’attarder à chacune et de voir ses retombées sans choisir trop rapidement l’une ou l’autre de ces solutions.

5) Régler la succession à l’amiable

Une succession réfléchie devrait éviter les conflits d’intérêts. L’entrepreneur devrait donc en parler avec l’ensemble de la famille pour s’assurer qu’il n’y ait pas de malentendus financiers ou émotionnels.

En conclusion, ce type de démarche demande beaucoup de doigté au conseiller. Celui-ci doit faire en sorte que la succession soit à l’avantage de l’entrepreneur, mais qu’elle prenne également en compte les intérêts des successeurs. C’est pour cela que la succession devrait faire l’objet de discussions avec le client et être préparée à l’avance.