Photo : goodluz / 123RF

Les besoins en conseils financiers évoluent tout au long de la vie : les jeunes ont davantage besoin de conseils globaux, tandis que les plus âgés devraient se consacrer à leurs placements.

Entre un jeune finissant de l’université et un retraité, la demande de conseils financiers n’est pas la même, parce que leurs capitaux humains et financiers sont très différents, souligne Morningstar.

CAPITAL HUMAIN C. CAPITAL FINANCIER

Le jeune travailleur dispose souvent d’un capital humain important mais d’un capital financier restreint, tandis que le second détient plus souvent un capital financier important.

Pour le retraité, les conseils en placement sont primordiaux, car c’est le rendement de ses investissements qui déterminera son niveau de vie pour les années à venir.

Du côté du jeune travailleur, l’avenir financier dépendra des choix qu’il effectuera dans un vaste ensemble de domaines, pas seulement ses placements financiers. D’ailleurs, s’il rencontrait un échec dans ses placements, il aurait toute sa carrière professionnelle pour se refaire… ce qui n’est pas le cas du retraité.

Au jeune qui cherche des conseils en placement, on devrait répondre qu’il devrait chercher des conseils financiers plus globaux. Ses futures prises de décision en matière d’investissement dépendront de décisions plus générales : le choix de louer ou d’acheter son logement, le choix d’épargner une partie de ses revenus, d’éviter les dettes onéreuses et de rembourser ses emprunts dans les délais.

C’est donc au début de la vie professionnelle qu’il est le plus important de consulter un planificateur financier, poursuit Morningstar. Et plus son portefeuille de placements se développera, plus il pourra aller chercher des conseils pointus sur tel ou tel investissement.