Photo : Helder Almeida / 123RF

Les travailleurs canadiens ont du mal à épargner davantage pour la retraite car ils ont d’autres priorités financières. Moins de la moitié ont un objectif d’épargne-retraite, et plusieurs risquent de découvrir que le niveau actuel de leurs cotisations aux régimes est insuffisant pour subvenir à leurs besoins financiers au moment de la retraite. Leurs employeurs pourraient dans une certaine mesure remédier à cette situation.

La grande majorité des travailleurs canadiens (88 %) estiment que leur situation financière actuelle est positive et sont confiants quant aux décisions financières qu’ils devront prendre pour leur avenir. Pourtant, ils sont confrontés à de nombreux défis de taille, notamment leurs dettes, souligne le Sondage mondial portant sur les régimes d’accumulation de capital et le bien être des employés réalisé récemment par AON, fournisseur mondial de solutions pour la gestion du risque, des régimes de retraite et des programmes de santé.

Ce que perçoivent les employés en matière de santé financière et de préparation à la retraite ne correspond pas à la réalité. Pourtant, seuls deux sondés sur cinq ont établi un objectif d’épargne-retraite qui permet de savoir combien épargner avant de partir en retraite. Plus du quart des répondants ont avoué n’avoir aucune idée de la somme dont ils ont besoin pour maintenir leur train de vie une fois à la retraite.

L’ENDETTEMENT PÈSE

Il semble assez normal que les employés qui sont au début de leur carrière peinent à épargner du fait de leurs dettes d’études, pourtant des personnes qui approchent de l’âge de la retraite font également face à des défis similaires, révèle le sondage. Par exemple, plusieurs parents retirent de l’argent de leur épargne-retraite pour subvenir aux besoins de leurs enfants.

Les dettes ne concernent pas uniquement les jeunes employés. Les prêts hypothécaires sont le fait des employés en début de carrière (cela concerne un peu moins de 40 % d’entre eux), mais également de ceux qui sont à la mi-carrière (50 %) et ceux qui approchent de la retraite (40 %).

Environ 30 % de tous les employés ont également des dettes de soldes de cartes de crédit qui ne sont pas acquittés chaque mois. Et environ 10 % d’entre eux ont encore d’autres prêts à leur charge.

Du fait de leurs dettes, la moitié des répondants ne peuvent pas épargner pour leur retraite et plus de la moitié (54 %) sont préoccupés par l’idée de ne pas avoir suffisamment d’argent pour partir à la retraite quand ils le voudront. Et 51 % d’entre eux craignent de survivre à leur épargne.

LES EMPLOYEURS DEVRAIENT S’IMPLIQUER DAVANTAGE

Une majorité de sondés (64 %) comptent sur le régime fourni par leur employeur comme première source de revenu à la retraite et 62 % sont rassurés de penser que le régime d’épargne-retraite de l’entreprise leur prépare une retraite sûre.

Du fait de ces chiffres, AON estime qu’il serait important que les employeurs soient davantage conscients des priorités de leurs employés et qu’ils les soutiennent afin que l’épargne-retraite devienne une priorité.

Selon AON, les employeurs devraient également fournir davantage de renseignements à leurs employés concernant leurs régimes de retraite. Effectivement, certains sondés (22 %) ont avoué n’avoir aucune idée de la somme que représente la contribution monétaire de leur employeur. Et 17 % disent ne même pas savoir le montant de leur propre cotisation.

Les recherches indiquent que la moyenne totale des contributions de l’employé et de l’employeur au régime d’accumulation du capital représente environ 10 % du salaire de l’employé. Ce niveau pourrait ne pas être suffisant pour répondre aux besoins des employés à la retraite.

COMMENT AIDER LES EMPLOYÉS

Les sondés disent vouloir davantage de soutien de la part de leurs employeurs en matière de finance et particulièrement en épargne-retraite. Le sondage a ainsi ciblé trois principaux aspects pour lesquels les employés demandent plus de soutien :

  • les employés (43 %) veulent que leur employeur les aide à comprendre quelle somme ils devraient épargner pour leur retraite
  • environ 30 % aimeraient davantage d’aide en assurances
  • environ 20 % veulent comprendre leurs finances et créer un plan

Les répondants ont également fait part des informations dont ils auraient besoin concernant leur régime d’épargne-retraite.

Soixante-deux pour cent veulent savoir à quel revenu de retraite annuel ils pourraient s’attendre en fonction de ce qu’ils ont déjà épargné à ce jour, tandis que 40 % aimeraient savoir quels sont les frais de leur régime d’épargne-retraite et où est investi leur argent.