Ceux qui espéraient mettre fin à leur vie professionnelle au cours de la prochaine année et ceux qui l’ont déjà fait ressentent sans aucun doute les effets de la volatilité du marché en raison de la crise du coronavirus et de la fermeture économique qui en résulte, surtout s’ils comptaient sur le revenu de leurs investissements pour couvrir leurs frais de subsistance.

Le régime de retraite de vos clients a pu être affecté, indique le Financial Post, qui propose cette marche à suivre.

Il ne faut pas présumer que les pertes de vos clients ont suivi celles du marché. Un portefeuille équilibré et diversifié aurait dû fournir une certaine protection contre les baisses, sauf s’il était concentré dans les secteurs de l’hôtellerie, de la vente au détail et de l’énergie, car ils ont été les plus durement touchés.

« De nombreux investisseurs à qui j’ai parlé au cours des deux dernières semaines ont été agréablement surpris de voir qu’ils ne sont pas aussi loin qu’ils le pensaient », déclare Paul Shelestowsky, conseiller principal en gestion de patrimoine à Meridian Credit Union, dont les clients sont pour la plupart à la retraite.

Si c’est le cas de votre client ou qu’il prévoit prendre sa retraite prochainement, vous pouvez évaluer si ses investissements sont trop fortement pondérés en actions. Si tel est le cas, envisagez de rééquilibrer le portefeuille même si ces titres sont en baisse, pour éviter de nouvelles diminutions et conserver des liquidités pour la retraite.

REVOIR LE BUDGET

Il est également important d’analyser les flux de trésorerie et le montant dont votre client aura besoin pour ses dépenses. Celles-ci ont peut-être été réduites à la suite du confinement, mais cet effet ne sera que temporaire.

Retourner au travail pour compenser une forte réduction de la valeur du portefeuille de retraite peut être une option pour certains de vos clients, mais probablement pas pour ceux qui ont mis fin à leur vie active depuis des années, déclare Mitch Frazer, président du service des régimes de retraite et de l’emploi au cabinet juridique Torys LLP, à Toronto.

Il suggère que ceux qui envisagent de prendre leur retraite dans un avenir proche gardent à l’esprit que les impôts augmenteront probablement au cours des prochaines années pour payer l’aide que le gouvernement fournit aux Canadiens pour surmonter les difficultés économiques actuelles, ce qui pourrait pousser ces clients à reconsidérer leurs plans de retraite.

DANS LE PORTEFEUILLE

Si vous devez vendre des actifs, commencez par ceux où la baisse de valeur a été la plus faible. Sur les marchés des capitaux, il est fort probable que cela inclue les obligations, bien que certains titres à revenu fixe d’entreprises aient pris le dessus par rapport aux actions.

Il est aussi possible que les actifs dévalués soient susceptibles de rebondir rapidement, auquel cas ils devraient être maintenus dans le portefeuille. Cela pourrait inclure des actions dans des secteurs tels que les marchés émergents, l’énergie et la consommation discrétionnaire, qui ont été particulièrement touchés.

Enfin, les retraités et préretraités pourraient avoir à prendre des décisions difficiles concernant les actifs à laisser à leurs enfants ou à d’autres bénéficiaires.

« Il faudra peut-être reformuler le testament afin de s’assurer qu’il est toujours conforme à leurs intentions », souligne Tara Benham, associée et leader nationale de la fiscalité chez Grant Thornton LLP.