Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau.
Photo : Mykhaylo Palinchak / 123RF

Il y a quelques semaines se tenaient les élections fédérales au Canada, qui ont vu Justin Trudeau et le Parti libéral emporter un deuxième mandat, mais cette fois en position minoritaire. Une nouvelle publication de Morneau Shepell détaille les changements auxquels on devrait s’attendre en matière d’avantages sociaux et la retraite à la suite de cette élection.

La plateforme électorale du Parti libéral contenait différentes promesses qui devraient changer le climat social, cependant leur application sera plus difficile puisqu’un gouvernement minoritaire doit obtenir l’approbation d’autres partis lors de l’adoption de certaines lois.

La première promesse concernait la prestation de la Sécurité de la vieillesse. Le parti voudrait augmenter le montant de cette prestation de 10 % (indexé chaque année selon l’inflation) pour les aînés de 75 ans ou plus. Cette augmentation est estimée à 729 $ par année.

En ce qui concerne le Régime de pensions du Canada, Justin Trudeau voudrait accroître de 25 % les prestations du survivant. Mais cette modification nécessite l’accord de chaque province.

VERS UN RÉGIME NATIONAL?

Le Parti libéral et le Nouveau Parti Démocratique (qui détient la balance du pouvoir) se rejoignent sur un point : le régime national d’assurance médicaments.

En juin 2019, le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance médicaments a publié un rapport recommandant l’établissement d’un système public et universel d’assurance médicaments à payeur unique. Toutefois, la mise en place de ce régime nécessitera une contribution importante de la part des gouvernements provinciaux et territoriaux.

Pour ce qui est des soins de la santé, les libéraux ont choisi de prioriser les Autochtones, les anciens combattants et l’accès aux soins de santé mentale. Ils souhaitent redonner aux Premières Nations le contrôle sur l’élaboration et la prestation de services qui leur sont destinées.

Les anciens combattants, de leur côté, pourraient se prévaloir de services de consultation psychologiques gratuits, jusqu’à concurrence de 3 000 $, par l’intermédiaire d’Anciens combattants Canada ou de l’un de ses fournisseurs de services, avant de devoir présenter une demande de prestations d’invalidité.

En outre, de façon générale, le gouvernement libéral aurait pour ambition l’établissement de normes nationales claires sur l’accès aux services de santé mentale. Il veut également inclure la santé mentale en tant qu’élément spécifique des règles sur la santé et la sécurité au travail qui s’appliquent aux employés sous réglementation fédérale.