Pirate informatique
Photo : Elnur Amikishiyev / 123RF

L’expert indépendant désigné par le gouvernement québécois pour donner un avis impartial sur la fuite de données de Desjardins a reçu 1,25 million de dollars de l’institution financière pour sa chaire de recherche.

Avec cinq autre participants, José Fernandez a analysé les méthodes de protection des données utilisées par Desjardins, hier, devant la commission parlementaire de l’Assemblée nationale

Or, en février dernier, Desjardins a annoncé un investissement de 1,25 million de dollars sur cinq ans en faveur de la chaire de recherche industrielle en cybersécurité et intelligence artificielle de Polytechnique Montréal… dont le titulaire n’est autre que M. Fernandez, révèle le Journal de Québec.

C’est le cabinet de Simon Jolin-Barrette, le leader parlementaire du gouvernement, qui a choisi cet expert. M. Jolin-Barrette a dit ignorer l’apparence de conflit d’intérêts de M. Fernandez, relève le quoditien.

Outre cet expert, la commission parlementaire doit entendre le Mouvement Desjardins, Equifax, l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’Office de la protection du consommateur (OPC) et l’Association des banquiers canadiens (ABC).

L’AMF SATISFAITE ET ATTENTIVE

Au nom de l’AMF, son PDG Louis Morisset a indiqué que Desjardins a informé l’Autorité « dans les heures suivant la première prise de connaissance de celui-ci, et nous a tenus informés de tous ses développements au fur et à mesure par la suite ».

M. Morisset s’est dit satisfait des mesures prises par Desjardins. Il a précisé que l’Autorité s’assure que « que l’institution procéderait à un bilan complet et détaillé de l’incident, afin d’identifier toute mesure additionnelle ou changement structurel devant être mis en place ». Ce travail est en cours, et il débouchera sur des décisions et des plans d’action au cours des prochains mois de la part de Desjardins, a poursuivi M. Morisset.

L’Autorité pourra revoir ces plans d’action afin de s’assurer que les mesures soient « alignées avec les meilleures pratiques observées sur le marché ». Le régulateur annonce également qu’il fera un « suivi serré de la mise en œuvre intégrale » des plans d’action.

Aussi, Louis Morisset a expliqué que l’Autorité a rehaussé sa présence médiatique après la fuite de données chez Desjardins, afin « d’aider la population à se protéger contre de probables tentatives de fraude ».

Deux Québécois sur trois ont confirmé avoir vu ou entendu la campagne de sensibilisation de l’Autorité, et 88 % des citoyens ont jugé cette campagne pertinente, affirme M.Morisset.

Le 20 juin, le Mouvement Desjardins a révélé avoir été victime d’un vol de données.

Tous les membres particuliers ont été touchés par ce méfait.

Depuis, Desjardins offre automatiquement à ses membres un accès à une protection permanente en cas de fraude ou de vol d’identité.