Photo : RAJESH RAJENDRAN NAIR / 123RF

La pression inflationniste pousse la Réserve fédérale (Fed) et la Banque du Canada à augmenter radicalement leurs taux.

Nous avons déjà connu plusieurs hausses et tout porte à croire qu’il y en aura d’autres. Du jamais vu depuis plusieurs décennies.

Grand nombre de propriétaires n’ont jamais prévu ces hausses et celles-ci les frappent de plein fouet en même temps que la hausse à la pompe et dans le panier d’épicerie.

Est-ce le début d’une grande correction ? Les ménages arriveront-ils tout de même à joindre les deux bouts ? Force est d’admettre que ce ne sera assurément pas le cas de tous.

Les hausses de taux ont plusieurs répercussions sur les ménages. Par exemple, si votre prêt auto est à taux variable, les hausses se répercutent directement sur votre paiement (ce n’est pas nécessairement vrai, car avec plusieurs banques, c’est l’amortissement qui change et non le paiement).

Par exemple, un consommateur qui avait l’an dernier un taux de 4 % sur son prêt auto de 30 000 $ amorti sur 6 ans se trouvait alors avec un paiement de 469,36 $ par mois. Pour le même emprunt, si ce même taux est maintenant à 6 %, son paiement passerait alors à 499,67 $par mois.

Autre élément affecté, les marges de crédit personnelles. Un individu dont la marge de crédit affiche un solde de 10 000 $ utilisé, à un taux de 5 %, se voyait imposer un paiement minimum de 41,67 $ par mois.

Alors que sa marge affiche maintenant un taux de 7 %, celui-ci se verra attribuer un paiement mensuel minimum de 58,33 $.

Le gros morceau, maintenant: l’hypothèque.

Si vous aviez jadis opté pour un taux fixe et que votre terme n’est toujours pas à renouvellement, l’effet pour vous est actuellement nul.

Méfiez-vous par contre du renouvellement et considérez qu’il serait fort sage de commencer à prévoir dans le budget un paiement plus élevé dès maintenant.

Certains taux fixes se négociaient autour de 2 % il n’y a pas si longtemps. Nous sommes davantage autour de 5 % au moment d’écrire ces lignes.

Pour les clients qui ont présentement un taux variable, deux résultats sont possibles:une hausse du paiement requis ou un amortissement allongé.

En effet, les banques ne traitent pas toutes le taux variable de la même façon. Nous vulgariserons ici la différence entre un taux variable à paiement fixe et un taux variable à paiement variable.

Si vous avez souscrit un taux variable à paiement fixe, théoriquement, votre paiement, malgré les hausses multiples, ne changera pas. La portion payée en capital sur chacun des paiements effectués a toutefois été réduite au profit d’un versement en intérêt plus élevé.

  • À titre d’exemple, pour un emprunt de 300 000 $, avec un amortissement de 25 ans à un taux de 2 %, la portion intérêt par opposition au capital mensuel sur votre premier paiement se détaille comme suit:
    • Intérêt:497,93 $
    • Capital:772,43 $
    • Total:1 270,36 $
  • Pour le même prêt, avec un taux de 5 %, les paiements devraient se détailler ainsi:
    • Intérêt:1 237,17 $
    • Capital:507,65 $
    • Total:1 744,82 $

Ainsi si vous conservez le paiement total de l’exemple 1, mais l’intérêt de l’exemple 2, votre versement en capital diminue à quelques dollars seulement et vous vous retrouvez à ne payer pratiquement que des intérêts.

Cela rejaillira donc sur votre renouvellement puisque votre solde dû sera plus élevé que prévu. Il faudra donc certainement augmenter vos paiements afin de maintenir l’amortissement prévu ou encore opter pour un refinancement et prolonger l’amortissement initialement planifié, si cette option est offerte par votre prêteur.

Cependant, si vous aviez initialement opté pour un taux variable chez un prêteur hypothécaire qui offre celui-ci à paiement variable, il y a fort à parier que vous ayez déjà reçu plusieurs avis de changement de paiement.

À ce niveau, les paiements totaux des exemples 1 (1 270,36 $) et 2 (1 744,82 $) ci-haut vous donnent un aperçu des conséquences sur votre budget mensuel.

Si vous ne savez pas quel type de taux variable vous avez ou encore si vous aimeriez revoir votre situation considérant la grande volatilité des taux d’intérêt, je vous invite à communiquer avec un courtier hypothécaire. Celui-ci saura vous renseigner et vous expliquer vos options.

Hugo Neveu est vice-président fusions et acquisitions, Synex Assurance, Synex Solutions collectives, courtier hypothécaire et associé principal pour CONSORTIUM Hypothécaire.