jirsak / 123RF

Si vous ne parvenez pas à recruter de nouveaux collaborateurs, commencez donc par vous occuper de ceux qui font déjà partie de votre entreprise.

C’est comme si la pandémie avait multiplié les envies de départ des travailleurs. Alors que le manque de personnel était déjà une réalité avant 2020, la pénurie touche désormais un nombre considérable de domaines, et l’industrie des services financiers n’y échappe pas.

Mais, plutôt que de se focaliser sur la recherche de nouvelles recrues, les dirigeants de cabinets feraient bien de se pencher aussi – et surtout ? – sur le personnel sur qui ils peuvent déjà compter. Quel meilleur moyen d’éviter de recruter… si ce n’est de conserver les employés déjà présents !

Pour cela, ces quatre éléments devraient attirer la vigilance des dirigeants de cabinets, suggère Harvard Business Review.

1)    SOYEZ CONSCIENT DE VOTRE IMPACT

Si vos collaborateurs sont inquiets et stressés, les actes que vous posez contribuent-ils à nourrir leurs préoccupations ? Votre comportement ajoute-t-il à la peur et à l’incertitude ? Prenez le temps de revoir l’impact de vos paroles et des gestes que vous posez. Comment peuvent-ils avoir un impact plus positif pour vos collaborateurs ?

C’est aussi le temps de s’ouvrir davantage à ces derniers : comment vivent-ils cette situation de manque de personnel ? Ont-ils réfléchi à des réponses à cette problématique ? En vous ouvrant, vous écartez la méfiance pour lui préférer la libération des potentiels.

2)    SOYEZ DIGNE LORS DES DÉPARTS

C’est quand un employé vous quitte que vous commencez à travailler pour garder les collaborateurs qui restent.

Le départ d’un collaborateur est un moment intense en émotions. La façon dont vous le vivez révèle à vos collaborateurs le rapport que vous avez lorsque le contexte devient plus difficile.

Votre comportement les incitera-t-il à rester à vos côtés si le cabinet vit une période compliquée ? Il est probable qu’ils fuiront un dirigeant qui n’aura pas su garder le cap avec dignité. Et il est probable qu’ils accepteront d’être loyaux à un dirigeant qui leur porte de la considération, même quand les choses vont mal.

De plus, le départ d’un employé peut aussi être le début de quelque chose. Sa nouvelle activité professionnelle vous ouvre-t-elle un nouveau réseau ? Sera-t-il un ambassadeur de votre cabinet, à l’avenir ?

3)    RÉEMBAUCHEZ VOS COLLABORATEURS

Une fois que vous avez revu vos actes et que vous avez transformé les départs en balises de votre avenir, il est temps de réembaucher vos collaborateurs.

Le marché des talents est devenu plus concurrentiel que jamais. Il est donc essentiel de fidéliser vos collaborateurs. Pour cela, considérez que vous devez les convaincre de rester avec vous… comme si vous deviez les convaincre de vous rejoindre.

Pensez à ce que vous leur diriez si vous étiez en train de les recruter… même s’ils sont déjà avec vous depuis dix ans !

Aidez-les à voir l’impact positif qu’ils amènent à l’organisation. Reconnaissez leur apport, et montrez en quoi il est important.

Cette conversation doit être permanente, et non pas ponctuelle. Cela devrait faire partie de votre mandat de dirigeant, comme de celui de chaque gestionnaire de votre organisation.

Jusqu’ici, il n’a jamais été question de hausse de la rémunération. C’est parce que les augmentations de salaire ont un effet limité dans le temps.

4)    RÉENGAGEZ VOS COLLABORATEURS

Votre comportement et vos actes ne pourront pas, à eux seuls, apporter l’ensemble des réponses.

Mais vos collaborateurs peuvent chacune et chacun apporter une pierre à l’édifice. Demandez leur aide. Laissez-les soulager leurs problèmes par eux-mêmes, en leur offrant la liberté de décision.

Créez un espace qui leur permette d’intervenir et de participer à la résolution de leurs défis, et à ceux de l’organisation.

C’est la capacité de participer aux destinées de l’organisation qui renforcera l’engagement de vos collaborateurs. Comme dirigeant, vous pouvez leur donner les moyens de s’engager et la reconnaissance de cet engagement. Le lien entre l’organisation et chacune et chacun de vos collaborateurs devient plus fort. Et qui sait, il pourrait devenir si fort qu’il pourrait non seulement, les convaincre de rester, mais aussi d’attirer de nouvelles recrues ?