jirsak / 123RF

La pandémie et le contexte économique tendu ont mis à rude épreuve les nerfs des dirigeants de cabinets de services financiers. Certaines pratiques se révèlent appropriées pour traverser la tempête plus sereinement.

Bon nombre de dirigeants ont passé les deux dernières années à servir de pompier dans leur cabinet. Malgré les absences, le travail à distance et la difficulté à recruter, il fallait bien continuer à servir les clients et assurer une qualité de service impeccable.

Les dirigeants de cabinets ont dû s’adapter tout en rassurant leurs collaborateurs et leurs clients. Mais qui les a rassurés eux ? Plusieurs se sont retrouvés aux prises avec de l’épuisement professionnel.

C’est pourquoi les meilleures pratiques de management résident à présent dans le fait de concilier la capacité à transmettre un message clair et optimiste, et la capacité à s’adapter rapidement dès que la situation l’exige, pointe Harvard Business Review.

L’EGO, UNE MENACE POUR L’AGILITÉ

Le dirigeant peut être tenté de montrer son pouvoir, mais cela risque probablement de nuire aux capacités d’adaptation de son organisation. Les beaux discours résistent difficilement à la réalité, lorsque celle-ci est submergée par l’incertitude.

Les bottines doivent précéder les babines. Et tant pis pour l’ego du dirigeant. Celui-ci ne doit pas oublier que son rôle est d’orienter l’action du cabinet, et non de se mettre en valeur.

LE DANGER DE LA ZONE DE CONFORT

L’être humain est souvent effrayé à l’idée de sortir de sa zone de confort. Or, dans un monde en évolution permanente, la zone de confort est une citadelle assiégée. En restant paralysé dans sa zone de confort, le dirigeant de cabinet imite l’autruche : il met sa tête dans un trou pour ne pas voir les dangers.

Le contexte actuel nécessite de faire preuve de courage plutôt que de prôner son confort. Cela implique d’accepter de se retrouver dans une position vulnérable : le dirigeant doit prendre le risque de commettre des erreurs. Mais en agissant ainsi, il ouvre aussi l’opportunité à ses collaborateurs de faire eux-mêmes preuve de courage.

LA TRANSPARENCE AVEC BIENVEILLANCE

La pandémie a contraint nombre de dirigeants de cabinets à prendre des décisions difficiles. Pour obtenir la compréhension de leurs collaborateurs, certains ont su exposer leurs plans au grand jour. Ils ont démontré de la transparence sur ce qui les obligeait à prendre des décisions impopulaires. Ils ne sont pas tombés dans le piège de garder secrètes certaines informations, de peur de la façon dont leurs employés les accueilleraient. Ils ont également su faire preuve de bienveillance en montrant qu’ils mesuraient l’impact de ces décisions, et en prenant soin de leurs collaborateurs. Ils ont surmonté la peur pour tracer un avenir meilleur pour l’organisation et pour leurs collaborateurs.