Photo : alphaspirit / 123RF

La croissance du crédit privé a permis aux entreprises de taille moyenne d’accéder au financement, mais elle représente désormais un risque systémique croissant, selon Moody’s Investors Service.

À la suite de la crise financière mondiale, les banques traditionnelles se sont retirées des prêts aux entreprises plus risqués, explique Moody’s. Les investisseurs en quête de rendement sont apparus comme une source alternative de financement pour ce segment du marché, assumant des risques de crédit et de liquidité accrus en échange de rendements plus élevés que ceux que les autres actifs à revenu fixe peuvent offrir.

En conséquence, Moody’s estime que le crédit privé en Amérique du Nord s’élève désormais à 1 000 milliards de dollars américains (G$ US), contre 1 400 G$ US pour le marché des prêts syndiqués.

« Alors que le crédit privé a prospéré, les risques ont également augmenté, constate le rapport. Dans ce marché hautement interconnecté et profondément opaque, une vaste détérioration de la qualité du crédit des emprunteurs a le potentiel de provoquer des perturbations en cascade sur les marchés des capitaux et l’économie en général. »

La nature interconnectée du crédit privé découle, en partie, du fait que bon nombre des grands gestionnaires d’actifs alternatifs qui s’engagent dans l’investissement en capital-investissement ciblent également les prêts à ces mêmes entreprises – créant des conflits d’intérêts potentiels et des risques systémiques croissants.

« L’opacité et l’ampleur croissante du marché du crédit privé permettent à la détérioration de la qualité des actifs de progresser rapidement – sous le radar des régulateurs – et de prendre une ampleur telle que les risques en cascade ne peuvent être facilement ou rapidement corrigés », avertit le rapport.

Les régulateurs surveillent ces types de risques dans le secteur bancaire traditionnel, en contrôlant l’effet de levier des banques et l’exposition des actifs à risque, ainsi que les tests de résistance des liquidités et des capitaux. Cependant, selon le rapport, « il n’existe aucune surveillance de ce type dans le domaine privé, l’évaluation et l’atténuation des risques étant laissées à la discrétion de quelques gestionnaires d’actifs très importants et en croissance rapide ».

En outre, le marché du crédit privé reste très opaque pour les régulateurs et le reste du marché.

Lorsque les gestionnaires de crédit privé rencontrent des problèmes avec les sociétés de leur portefeuille, ils ne sont pas tenus de fournir beaucoup d’informations, « ce qui signifie que le marché plus large pourrait ne pas être conscient du risque accumulé jusqu’à ce qu’il ait atteint des proportions ayant des implications pour les marchés de financement plus larges », affirme le rapport.

Les gestionnaires d’actifs alternatifs ont également moins de moyens de se décharger de ces risques, ajoute le rapport.

« Si l’un de ces grands gestionnaires d’actifs se trouve sous la contrainte, il pourrait choisir de suspendre les investissements en capital dans les nombreuses petites et moyennes entreprises qui dépendent de ces fonds pour fonctionner », précise le rapport.

Les fournisseurs de capitaux au capital-investissement et au crédit sont généralement des compagnies d’assurance et des fonds de pension et, dans une moindre mesure, des fonds de dotation et des family offices. Toutefois, le rapport note également que les investisseurs particuliers fournissent de plus en plus de capitaux aux gestionnaires de crédit privé – ce qui contribue à stimuler la croissance, mais ajoute également au risque.

« Un effort de « retailisation » (« retailize« ) des marchés privés à la fin d’un cycle de crédit, alors que l’inflation et les taux d’intérêt sont en hausse, pourrait accroître la transmission des risques croissants du crédit privé aux marchés financiers plus larges », prévient le rapport.