Jeune entrepreneur fortuné et billets de banque virevoltant autour.
Photo : alphaspirit / 123RF

« Taxez-nous plus », voilà le message surprenant qu’un petit groupe de milliardaires américains a fait passer dans une lettre publique publiée lundi. Composé entre autres du financier Georges Soros, du cofondateur de Facebook Chris Hughes et des héritiers des empires Hyatt et Disney, ce petit groupe espère que son message passera auprès des candidats à la Maison-Blanche.

« Nous écrivons à tous les candidats à la présidence, qu’ils soient républicains ou démocrates, pour apporter notre appui à une taxe modérée sur les fortunes d’un dixième des 1 % des Américains les plus riches – sur nous », peut-on lire dans cette lettre rapportée par La Presse.

Rappelons ainsi que la richesse de ce 0,1 % de la population américaine est pratiquement aussi importante que celle de 90 % de la population américaine dans son ensemble.

« Tout nouveau dollar émanant de nouvelles taxes doit venir des plus aisés financièrement, pas des Américains de la classe moyenne ou populaire », ajoutent les 18 milliardaires signataires, issus de 11 familles.

Plusieurs candidats à la primaire démocrate tels que Beto O’Rourke, ancien élu de la Chambre des représentants, et Pete Buttigieg, le maire de South Bend dans l’Indiana, ont déjà fait part de leur soutien à une telle mesure.

Cette lettre fait écho à la proposition spécifique de la vice-présidente du groupe démocrate au Sénat des États-Unis, la sénatrice Elizabeth Warren, qui a fait part de son intention de taxer les ménages ayant plus de 50 millions de dollars d’actif, ce qui représente environ 75 000 familles américaines. Selon les estimations, cette mesure pourrait rapporter près de 2 750 milliards de dollars en une décennie.

UN IMPÔT QUI A DU SENS

Les signataires estiment que leur gouvernement a la « responsabilité morale, éthique et économique » d’imposer davantage leur fortune. Ils espèrent que l’argent récupéré au moyen de cet impôt supplémentaire servira à « aider à faire face à la crise climatique, à améliorer l’économie, à améliorer le système de santé, à créer plus d’égalité et à renforcer les libertés ».

Selon eux, cet impôt serait « patriotique », car tous les Américains contribuent au succès de leur pays en fonction de leurs moyens et, dans ce sens, « les plus riches ne doivent pas faire exception ».

Dans leur lettre, les milliardaires font référence à Warren Buffett, troisième fortune américaine, qui souligne régulièrement le fait qu’il paye moins d’impôt que son secrétaire. Notons toutefois que celui-ci fait souvent des dons d’importance à des organisations caritatives. Dernier en date : le transfert de 3,6 G$ d’actions de son holding Berkshire Hathaway à cinq fondations.

En s’appuyant sur les sondages, les signataires de cette lettre concluent que leur idée est de plus partagée par la majorité des Américains.