Jeunes adultes effectuant un virement Interac.
Photo : MStudioImages / iStock

Le virement Interac est désormais assujetti à la surveillance de la Banque du Canada.

Tiff Macklem, le gouverneur de la Banque du Canada, a désigné Virement InteracMD comme système de paiement important en vertu de la Loi sur la compensation et le règlement des paiements.

Cette désignation rend le virement Interac assujetti à la surveillance de la Banque du Canada à compter du 10 août 2020. 

La banque centrale canadienne est désormais chargée de s’assurer que le virement Interac demeure un mode de paiement sûr, viable et efficace.

Les systèmes de paiement font l’objet d’une observation de la part de la Banque du Canada, qui évalue si certains doivent entrer dans son champ de surveillance. C’est le cas quand un d’eux peut présenter un risque systémique ou un risque pour le système de paiement canadien.

En entrant sous la surveillance de la banque centrale, le virement Interac doit respecter les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques. Il doit être doté de mécanismes de contrôle des risques afin d’assurer sa résilience continue, souligne un communiqué de la Banque du Canada.

Lancé en 2003, Virement Interac a enregistré 486 millions de transactions en 2019, pour un total de 169 milliards de dollars. Ce système de paiement « est devenu un élément crucial du système de paiement canadien », juge la Banque du Canada.

« La perturbation ou la défaillance de Virement Interac pourrait avoir des conséquences négatives importantes sur l’activité économique au Canada et causer une perte généralisée de confiance dans l’ensemble du système canadien de paiement », précise le communiqué de la banque centrale.