Chute
Photo : Somsak Chidchawange / 123RF

Les craintes liées à un ralentissement économique sont souvent exagérées, si l’objectif d’investissement est à long terme.

Les investisseurs ne devraient pas forcément vendre leurs titres lorsqu’ils craignent une récession économique, affirme une analyse de Morningstar.

Plusieurs signaux économiques laissent présager un ralentissement économique prochain. Entre la baisse de la confiance des consommateurs aux États-Unis, le freinage de l’économie chinoise et le Brexit, les inquiétudes ne manquent pas.

Si on se fie à ces menaces qui pèsent sur la croissance, le premier réflexe pourrait être de vendre ses titres, pour encaisser ses profits et laisser à d’autres la chute attendue des marchés financiers.

PENSER SUR LE LONG TERME

Or, « la plupart des récessions économiques se révèlent provisoires et la situation peut s’améliorer au cours du temps dont dispose l’investisseur », rappelle Morningstar. L’investisseur axé sur le long terme est donc moins sensible aux soubresauts des marchés. Il peut s’accommoder d’une baisse temporaire, pourvu qu’il conserve une vision à long terme.

De plus, une récession économique touchera moins les entreprises disposant de bons fondamentaux économiques. Il s’agit donc de diversifier ses actifs, non pas seulement pour respecter le principe de la diversification, par exemple entre des actions et des obligations. Mais cette diversification doit se faire avec des actifs dont on comprend réellement les risques sous-jacents, et qui n’ont vraiment rien à voir entre eux.