Des mains jointes tenant un arbre miniature et des pièces de monnaie.
Photo : sarayut / iStock

L’intérêt des Canadiens envers l’investissement durable s’est accru depuis le début de la pandémie, révèle une nouvelle étude de Placements Mackenzie publiée à l’occasion du Jour de la Terre.

En raison de la COVID-19, 55 % des répondants affirment que leurs décisions de placements seront probablement davantage basées sur l’incidence positive qu’elles pourront avoir sur la société. En outre, 69 % d’entre eux sont d’avis qu’il est de plus en plus important d’investir de manière durable.

À travers leurs placements durables, les Canadiens veulent soutenir : les changements climatiques et l’environnement (66 %), les droits de l’homme (50 %) ainsi que la diversité et l’égalité entre les genres (41 %).

Parmi le tiers des investisseurs canadiens qui investissent présentement de manière durable, 69 % ont l’intention de bonifier leurs placements d’ici deux ans. Chez ceux qui ne détiennent pas de fonds durables à l’heure actuelle, un tiers des sondés prévoient les ajouter à leurs portefeuilles d’ici les deux prochaines années.

« Il est encourageant de voir que l’investissement durable suscite de plus en plus d’intérêt chez les Canadiens, affirme Fate Saghir, vice-présidente principale et chef de l’investissement durable chez Placements Mackenzie. Bien que cela ne devrait pas être surprenant, les Canadiens tendant à être très sensibilisés au monde qui les entoure et à l’incidence que nous avons sur notre société. »

UN PRÉJUGÉ TENACE

La principale barrière à une adoption plus large de l’investissement durable est l’idée tenace que ces placements génèrent des rendements moins élevés — une opinion exprimée par 40 % des répondants.

 Une préoccupation qui n’est pas justifiée, selon Mme Saghir. Une récente étude menée par Morningstar démontre qu’en 2020, la majorité des fonds durables (64 sur 87) classés et notés par la firme de gestion d’actifs ont surpassé les pairs de leur catégorie sur une base ajustée en fonction du risque, déduction faite des frais.

Pour ceux qui ne savent pas par où commencer, elle suggère aux investisseurs de parler de leurs priorités avec leur conseiller, de faire des recherches et de comprendre les objectifs de placement des fonds dans lesquels ils investissent. C’est la seule manière d’harmoniser ses placements avec ses valeurs et son avenir financier, ajoute-t-elle.

Mackenzie vise à intégrer la durabilité à sa culture, ses pratiques organisationnelles et toutes ses décisions d’investissement.