Photo : Tanawat Pontchour / 123RF

Les entreprises qui la pratiquent sont les mieux préparées au ralentissement économique à venir, dit David Picton, président de Picton Mahoney Asset Management.

Cliquez ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct, de la CIBC

« Parmi les actions canadiennes, nous préférons les entreprises capables d’atteindre leurs objectifs de façon organique, sans trop dépendre de l’environnement économique », résume David Picton.

Selon l’expert, tout semble indiquer que nous sommes en fin de cycle et que la volatilité des marchés va s’accroître. Il croit en outre que la Réserve fédérale américaine a peut-être commis une erreur en resserrant sa politique monétaire de façon trop hardie, mais que l’on ne pourra le vérifier qu’au second semestre. Si c’est le cas, alors il y aura un ralentissement économique, et les entreprises en croissance vont se raréfier.

« Celles qui sont capables de croître de façon organique dans cet environnement vont gagner en valeur sur les marchés », dit David Picton, en citant pour exemple le fabricant de jouets Spin Master, basé à Toronto.

« Leurs profits ont augmenté de façon organique à raison de 30 % depuis cinq ans. Ils ont connu une pause avec la faillite de Toys R Us aux États-Unis [en septembre dernier], et les autres détaillants comme Walmart, Target, Canadian Tire ou même Amazon ont tardé à combler le manque. Cela a créé une bonne occasion d’acheter le titre, qui est sous-évalué selon nous. Spin Master a développé un partenariat avec Alibaba pour le marché chinois, et a arraché DC Comics des mains de Mattel. L’entreprise a donc de bonnes chances d’accélérer sa croissance cette année malgré l’environnement économique », dit David Picton.

Un autre secteur à surveiller est celui des matières premières, qui devrait connaître un regain à mesure que l’économie ralentit, selon lui.

« L’offre et la demande sont actuellement bien équilibrées, et les inventaires ne sont pas excessifs. Il est possible que la demande reprenne et que plusieurs années soient nécessaires pour que l’offre la rattrape. Cela pourrait arriver avec le cuivre et l’uranium, et peut-être à court terme avec l’énergie », dit David Picton.

Son choix pour le long terme est l’entreprise Champion Iron, qui extrait du minerai de fer au Québec.

« L’entreprise a connu un redressement surprenant, génère maintenant d’importants flux de trésorerie disponible, et s’apprête à se lancer dans une nouvelle phase de développement. Or, son titre est absurdement sous-évalué », tranche l’expert.

David Picton fonde aussi des espoirs sur l’usage des drones pour les livraisons de « dernier tronçon » (last mile delivery). Si on observe plus de promesses que de réalisations dans ce domaine jusqu’ici, l’entreprise Drone Delivery Canada, basée à Vaughan en Ontario, a franchi des étapes encourageantes selon M. Picton.

« Cette entreprise a déjà commencé à résoudre des problèmes de livraison sur des courtes distances dans le Grand Nord. Elle a sa propre flotte et surtout un permis d’aviation, qui est presque équivalent à celui d’Air Canada. Elle tire déjà des revenus du gouvernement du Canada pour une liaison entre deux communautés nordiques qui a permis d’importantes réductions de coûts de livraison. Ce n’est que le début selon nous. Ils ont déjà l’infrastructure et la viabilité commerciale, et ils vont développer leurs affaires en se rapprocher des grands centres urbains canadiens. C’est le genre de titre que nous aimons détenir dans notre portefeuille. »

Ce texte fait partie du programme Gestionnaires en direct, de la CIBC. Il a été rédigé sans apport du commanditaire.