Le marché obligataire a connu un été inhabituel, observe Andrew Kronschnabel, gestionnaire de portefeuille à Logan Circle Partners (Philadelphie).

Cliquer ici pour entendre l’entrevue complète en baladodiffusion sur Gestionnaires en direct.

« Nous avons accru notre part de risque durant l’été, alors que le marché était extraordinairement peu volatil. Mais ce qui nous a surpris, c’est la grande quantité de nouvelles émissions d’obligations », dit Andrew Kronschnabel.

L’expert cite en exemple les chiffres du mois d’août, qui a vu arriver près de 120 G$US de nouvelles émissions sur le marché obligataire primaire. Ce fut l’un des mois d’août les plus actifs historiquement, alors que cette période de l’année est en général tranquille.

« Nous en avons donc profité pour acheter certains de ces nouveaux titres, qui étaient attrayants dans un contexte de faible volatilité », poursuit Andrew Kronschnabel.

« Les flux entrants dans notre portefeuille ont généré plus de liquidité qu’à l’ordinaire, mais cela nous a permis d’anticiper le mois de septembre, durant lequel le marché est habituellement très actif et présente de belles occasions. »

M. Kronschnabel met les investisseurs en garde contre deux secteurs : le phamarceutique et les titres technologiques de haute qualité.

« Nous sommes très prudents dans le secteur pharmaceutique, car les nouvelles concernant certaines entreprises et médicaments n’ont pas été bonnes dernièrement. Du côté de la technologie, des entreprises comme Microsoft, Oracle ou Apple ont commencé à émettre énormément d’obligations. Traditionnellement, celles-ci s’échangeaient à de hauts niveaux car elles étaient rares. Mais à présent que ces entreprises sont parmi les plus importantes émettrices d’obligations de sociétés, la rareté n’est plus un critère. »