Photo : Lukas Gojda / 123rf

Quelques-uns des plus gros mineurs de cryptomonnaies au monde envisagent d’entrer en Bourse. Une occasion d’en savoir plus sur leur valeur réelle… ou du moins celle que leur prête le marché.

Bitmain Technologies Ltd, Canaan Inc. et Ebang International Holdings Inc. pourraient faire leur entrée sur la Bourse de Hong Kong. Bitfury se dit pour sa part ouvert à l’idée d’un premier appel public à l’épargne (PAPE), mais sans avoir encore de plan concret pour y arriver.

Selon le Financial Post, la mise en vente des actions de ces firmes sera une occasion de voir si les fortunes amassées par Jihan Wu (cofondateur de Bitmain), Zhang Nangeng (Canaan) et Hu Dong (Ebang) sont soutenables ou non.

DES ACTIFS EN BAISSE

Cependant, le bitcoin, comme la plupart des autres cryptomonnaies, a perdu plus de la moitié de sa valeur en 2018. Les tentatives de réglementation de ce marché et les inquiétudes au sujet des failles de sécurité des Bourses virtuelles et des manipulations de marchés ont fait mal à ces devises virtuelles.

Selon Gil Luria, directeur de la recherche institutionnelle sur les actions de D. A. Davidson & Co., à Portland, la chute des prix des cryptomonnaies pourrait expliquer en partie l’envie de ces firmes d’aller en Bourse. Il s’agirait de « capturer une partie des gains qu’ils ont faits en faisant croître leur entreprise », selon lui. Lundi le 27 août, le bitcoin valait 6 700 dollars américains (8 660 $ CA), en baisse de 53 % cette année.

Mais si le marché continue d’être tiède envers les cryptomonnaies, se peut-il que la demande pour les processeurs spécialisés que les mineurs utilisent pour vérifier les transactions de ces devises baisse aussi? Les dirigeants de Bitmain, Canaan et Ebang sont conscients de ce risque et tentent d’adapter leurs technologies à d’autres domaines, telle l’intelligence artificielle, sans avoir réussi encore à démontrer qu’elles sont commercialisables à plus grande échelle.

BITMAIN VEUT 3 MILLIARDS DE DOLLARS

Bien sûr, en raison du peu d’information disponible quant aux résultats financiers de ces entreprises, mettre un chiffre sur leur valeur nette n’est pas chose facile. Il s’agit de compiler des extraits de formulaires remplis pour des places boursières, des entrevues média et des données amassées par Bloomberg. L’expérience acquise avec d’autres firmes techno telles Nvidia Corp et MediaTek pourrait aussi aider à établir les multiples.

Bitmain souhaite amasser jusqu’à trois milliards de dollars américains (3,87 G$ CA). Jihan Wu soutient que lui et le confondateur Micree Zhan détiennent 60 % de l’entreprise, qui aurait généré 2,5 milliards de dollars américains (3,23 G$ CA) en revenus l’an dernier . De son côté, le porte-parole de Bitfury évalue à 450 millions de dollars américains (581,6 M$ CA) les revenus de sa firme, de mars 2017 à mars 2018.

Les gestionnaires de fonds qui veulent s’exposer aux cryptomonnaies sans prendre le risque d’en détenir directement pourraient se montrer tentés par ces mineurs géants. Ils obtiendraient du même coup une exposition à la croissance du secteur de l’intelligence artificielle.

Pour les puristes de l’univers des cryptomonnaies, voir ces joueurs entrer en Bourse de manière tout à fait traditionnelle plutôt que de procéder à des levées de fonds en cryptomonnaies (initial coin offerings, ou ICO) relève d’une amère ironie. En effet, la croissance des mineurs a été en partie alimentée par la popularité des ICO. Toutefois, les ICO sont désormais interdites en Chine et dans plusieurs autres pays.