Le Canada se classe au 10e rang des pays offrant la plus grande sécurité à la retraite, selon l’Indice mondial de la retraite 2016 de Natixis Global Asset Management, dévoilé mardi.

L’Europe du Nord domine le palmarès avec la Norvège en première place, suivie de la Suisse, de l’Islande, de la Suède, de l’Allemagne, des Pays-Bas et de l’Autriche. À part le Canada, les contrées hors Europe qui se démarquent sont la Nouvelle-Zélande (4e) et l’Australie (6e). Les États-Unis viennent au 14e rang.

L’Indice de Natixis est fondé sur quatre facteurs : les finances à la retraite, le bien-être matériel, la santé et la qualité de vie.

Le Canada présente un revenu par habitant relativement élevé et un faible niveau d’inégalité de revenu, note Natixis. On y dépense également des « sommes importantes » en santé et offre une « excellente protection » d’assurance-santé.

DES BÉMOLS

De l’autre côté de la médaille, les faibles taux d’intérêt et l’endettement relativement élevé des gouvernements ne sont pas aussi avantageux pour les retraités au Canada, souligne le cabinet dans un communiqué.

Les bas taux d’intérêt font en sorte qu’il est difficile pour les Canadiens plus âgés d’absorber la hausse du coût de la vie, ajoute-t-il. La dette publique pourrait affecter la capacité du pays à financer les programmes sociaux à long terme.

Dans un sondage effectué par Natixis plus tôt cette année, 72 % des investisseurs canadiens interrogés affirment s’attendre à financer eux-mêmes leur retraite.

Mais plusieurs sous-estiment peut-être le montant qu’ils doivent épargner pour s’offrir une retraite confortable. En effet, 45 % affirment ne pas participer à un programme d’épargne en milieu de travail.

La rédaction vous recommande :