Le courtier Canaccord Capital allègue que la Banque de Nouvelle-Écosse aurait reçu en juillet dernier des informations confidentielles au sujet du papier commercial adossé à des actifs non bancaires(PCAA). Elle aurait profité de ces renseignements pour réduire ses positions dans le PCAA, mais elle aurait continué à en vendre à ses clients, dont Canaccord Capital.


Cette attaque en règle a été faite dans le cadre de deux poursuites intentées en Colombie-Britannique par des investisseurs contre Canaccord Capital.

Dans sa défense, Canaccord s’en est pris à la Banque de Nouvelle-Écosse, particulièrement sa filiale de courtage Scotia Capitaux. Canaccord a indiqué que les PCAA lui ont été vendus par la firme de courtage qui aurait fait preuve de négligence en omettant de lui transmettre des informations sensibles, contrevenant ainsi à son rôle de fiduciaire.

La Banque de Nouvelle-Écosse a nié ces allégations et promet de se défendre vigoureusement. Un porte-parole de Scotia a souligné que la banque n’aurait reçu aucune information complète sur le papier commercial et qu’elle avait continué à se fier aux cotes de crédit fournies par le Sustainability Risk and Bank Ratings, comme les autres acteurs du marché d’ailleurs.

Ces poursuites sont parmi les premières de ce qui pourrait constituer une vague d’actions en justice contre les banques et les maisons de courtage regroupées au sein du Comité Crawford.

Manchettes Dans Industrie

La semaine en rafale

Nominations, nouveaux produits et services financiers : on vous dit tout.

Un cabinet d’assurance dans le collimateur du TMF

Financetoimieux.com et quatre de ses dirigeants ont écopé de pénalités.

La dégringolade de Bombardier soulève des interrogations

Et devrait faire l'objet d'une enquête, juge ce chroniqueur.

Grands titres

Vers une hausse des faillites personnelles? 

Le risque d'insolvabilité pourrait être très élevé en 2019.

Les dollars pleuvent sur les robots-conseillers

Une tendance qui ne devrait pas s'inverser de sitôt...

La Fed se lance dans l’introspection

Elle procédera à une vaste révision de son rôle.

Bombardier : le titre plonge de 13 % vendredi matin

L'action du groupe valait 1,82 $ un peu avant 10 h.