Accueil Nouvelles Industrie Desjardins parmi les 100 meilleurs employeurs au Canada

Desjardins parmi les 100 meilleurs employeurs au Canada

Pour une troisième année d’affilée.

Pour une troisième année d’affilée, le Mouvement Desjardins se classe dans le Palmarès des 100 meilleurs employeurs au Canada. Cette reconnaissance, très prisée des entreprises, en est à sa 15e édition.

L’honneur qui rejaillit sur Desjardins est d’autant plus important que le groupe coopératif est la seule institution financière québécoise à figurer au classement cette année.

C’est la firme Mediacorp Canada qui dresse ce palmarès annuel. L’évaluation des candidats se fonde sur huit secteurs clés, dont les lieux de travail, la communication avec les employés, les avantages en matière de santé et d’équilibre travail-famille, et la rémunération.

Mediacorp ne déclare pas un vainqueur, un meilleur deuxième, etc. En revanche, elle attribue des notes à chaque compagnie qui a réussi à figurer dans sa liste. Ainsi, Desjardins s’est distingué pour sa politique de formation et de perfectionnement du personnel, la souplesse et la générosité de son programme de soutien parental, la mise en place d’un système de covoiturage et d’accommodement de ses employés cyclistes, son engagement au sein de la communauté et l’étendue de son régime de retraite.

De manière générale, peu d’entreprises de services financiers font partie des « 100 meilleurs employeurs au Canada » en 2014. Outre Desjardins, on retrouve la Banque CIBC, la Banque TD, la Banque Royale et Financière Manuvie.

Desjardins parmi les « 100 meilleurs employeurs au Canada »

Pour une première année, le Mouvement Desjardins se classe dans le Palmarès des 100 meilleurs employeurs du pays.

Pour une première année, le Mouvement Desjardins se classe dans le Palmarès des 100 meilleurs employeurs au Canada. Cette reconnaissance, très prisée des entreprises, en est à sa treizième édition.

Il s’agit d’un palmarès réalisé de façon indépendante par la firme Mediacorp. L’évaluation des entreprises candidates se base sur huit secteurs clés, dont les lieux de travail, la communication avec les employés, les avantages en matière de santé et d’équilibre travail-famille, et la rémunération. Les critères d’évaluation sont définis par un conseil de professeurs en ressources humaines réputés, provenant de différentes universités canadiennes.

« Nous sommes vraiment fiers de figurer cette année au Palmarès. Offrir un milieu de travail stimulant pour nos employés fait partie intégrante de notre culture d’entreprise coopérative », dit Monique F. Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins.

A+ pour l’équilibre travail-famille

Le palmarès ne donne pas un classement des 100 meilleurs employeurs, c’est-à-dire qu’il ne désigne pas le meilleur employeur au Canada, le numéro deux, etc. En revanche, il attribue des notes à chaque compagnie qui a réussi à figurer dans le palmarès. Ainsi, Desjardins récolte un A+ dans les catégories suivantes : les avantages en matière de santé et d’équilibre travail-famille, la formation et le développement des talents, ainsi que l’engagement dans la communauté. Desjardins reçoit un A pour les avantages financiers et la rémunération. Sa politique de vacances et de congés est notée B.

Signalons en terminant que ce sont 2750 entreprises au pays qui ont participé au concours cette année. Le palmarès est disponible à l’adresse suivante (en anglais seulement) : http://www.canadastop100.com/national/

Manchettes Dans Nouvelles

L’incertitude commerciale renaît

Après les élections américaines de mi-mandat.

Le fisc veut se faire plus doux en France

Une révolution culturelle est en chantier.

La Banque Laurentienne dit adieu au métro

L'institution y a retiré ses guichets automatiques.

Les obligations vertes ont la cote

La forte demande force les émetteurs à développer leur offre.

Grands titres

Les grands défis de l’industrie, selon Louis Vachon

Le président de la Banque Nationale reste optimiste.

Nouveaux produits d’assurance pour les baby-boomers

Notamment une assurance cancer, qui cible les 55-75 ans.

Les applications financières contribuent à l’endettement

Elles nuisent à la prise de décision.

Des banques canadiennes sur la sellette

De nouvelles révélations de pratiques douteuses font surface.