Photo : Anusorn Phuengprasert Na Chol / 123RF

Les règles du régime d’accession à la propriété (RAP) sont connues, mais certains bénéfices associés au prêt RAP le sont moins.

Le RAP constitue un bel atout pour qui veut acheter une résidence principale. Cette opération revient à emprunter jusqu’à 35 000 $ sur un régime enregistré d’épargne-retraite (REER). La condition pour bénéficier d’une non-imposition des retraits est de rembourser le REER sur une période maximale de 15 ans.

On peut ajouter des avantages au RAP en passant par un prêt bancaire qui consistera à verser le montant du prêt dans le REER, avant de le retirer pour effectuer un RAP, rappelle Le Devoir.

Le premier avantage est de maximiser le remboursement d’impôt, qu’on peut alors utiliser pour augmenter la mise de fonds destinée à acheter la résidence principale.

De plus, vu la vigueur du marché immobilier québécois, le rendement offert par la résidence principale pourrait être supérieur au coût de l’emprunt. Et comme le gain en capital sur une résidence principale n’est pas taxé, le rendement généré par le prêt RAP bénéficie d’un coup de pouce supplémentaire.

En remboursant le prêt RAP sur la même durée que le remboursement du RAP, l’acheteur se retrouve à se forcer à épargner pour payer sa résidence principale. C’est un autre atout, qui oriente les liquidités vers un investissement personnel plutôt que vers des dépenses courantes.

Par ailleurs, le prêt RAP contribue à diminuer le coût de l’assurance prêt hypothécaire, ajoute le quotidien. Il pourrait même réduire à zéro ce coût, s’il permet d’apporter plus de 20 % de la valeur marchande du bien.

Ce prêt a toutefois ses limites. L’achat d’une propriété peut être davantage vu comme un mode de vie que comme un investissement. L’ajout d’un prêt à un RAP va accroître l’exigence de remboursement, et le moindre retard se paiera cher.

De plus, le prêt RAP utilise des droits de cotisation dont le détenteur pourrait avoir besoin si ses revenus sont appelés à augmenter. Il pourrait alors effacer une facture fiscale plus élevée. Mais il pourrait être empêché de le faire pour avoir utilisé ces droits avec son prêt RAP quand ses revenus sont encore modestes.

Et c’est sans compter que le ratio d’endettement de l’acquéreur est alourdi par le prêt RAP, ce qui vient compliquer la possibilité d’obtenir un prêt hypothécaire.