Courbe sur un graphique sur lequel il est écrit "inflation".
Photo : JLGutierrez / iStock

L’inflation sera l’indicateur au centre de tous les regards durant l’année à venir, selon Placements MacKenzie.

Depuis la crise financière, les yeux des observateurs étaient bien plus souvent tournés vers le taux de croissance et le niveau des taux d’intérêt. L’inflation, peu élevée dans les pays industrialisés, était devenue une variable presque secondaire, car peu changeante.

L’année 2021 a vu les prix rebondir fortement, en raison de la désorganisation des chaînes logistiques, en raison de la pandémie de COVID-19.

Et à l’aube de l’année 2022, Placements MacKenzie prévient que l’inflation sera déterminante au cours de l’année à venir pour savoir à quoi ressemblera la reprise économique.

Cependant, la firme de gestion de placements se veut rassurante. « Après une décennie d’inflation inférieure à deux pour cent, Mackenzie prévoit qu’elle passera à un niveau supérieur, sans toutefois devenir incontrôlée », indique-t-elle dans son rapport Perspectives pour 2022.

L’inflation pourrait se stabiliser à un niveau, qui deviendrait sa nouvelle référence, précise le rapport. La tendance déflationniste mondiale à long terme et les gains de productivité devraient maintenir l’inflation à un tel niveau. De plus, les causes de la hausse généralisée des prix, constatée en 2021, devraient révéler leur caractère temporaire.

Cependant, cette inflation complique le rôle des banques centrales dans l’accompagnement de la reprise économique. « D’ordinaire, les banques centrales réagiraient à une hausse de l’inflation en augmentant les taux d’intérêt », rappelle l’étude. Mais une telle option est contrariée par le fait que le relèvement des taux d’intérêt nourrirait l’inflation. Ce mécanisme pourrait alors mener l’économie dans une récession.

Les banques centrales devraient donc procéder avec modération, prévoit Placements MacKenzie. La nécessité de relever les taux d’intérêt se traduira de manière plus incertaine, ce qui sème également l’incertitude sur ce qui attend les actions et les obligations.

Enfin, Placements MacKenzie voit dans la politique économique de la Chine une volonté de passer d’une croissance quantitative à une croissance qualitative. « La Chine recherche une trajectoire de croissance stable et durable qui, selon nous, sera favorable aux investisseurs et au monde entier », selon le rapport.