Photo : gajus / 123RF

Le choc de la COVID-19 a causé des dommages à long terme sur l’économie canadienne.

La pandémie a détruit une partie de l’activité économique, affirme un rapport de la banque TD, cité par Investment Executive.

Les mesures prises pour ralentir la progression du virus se sont traduites par la réduction soudaine de l’activité économique. Et le secteur des services a subi la plus forte baisse d’activité.

Or, si on peut reporter la consommation de biens matériels, on remplace plus difficilement celle de services. Une coupe de cheveux ou un massage peuvent être carrément supprimés, illustre le rapport.

Cette réduction aura causé une forte baisse des revenus des travailleurs de ce secteur. Et une partie de ceux-ci ne pourra pas être retrouvée.

D’AUTRES DÉFIS

Le rapport s’inquiète aussi de la baisse des investissements, déjà observée avant la crise. La pandémie pourrait avoir accéléré ce mouvement. Cela constituerait un frein supplémentaire à la croissance économique future.

Si la pandémie venait à réduire le rythme de l’immigration vers le Canada, la création de richesse en serait aussi affectée, souligne la banque.

Enfin, les pertes d’emploi ont frappé durement les jeunes travailleurs. Et les prochains diplômés risquent d’arriver sur un marché du travail frileux. Cela crée deux raisons supplémentaires de s’inquiéter des revenus des jeunes générations, ce qui se traduira par une activité économique moins stimulée.

La rédaction vous recommande :