Photo : Anusorn Phuengprasert Na Chol / 123RF

Acheter une maison peut être « une expérience difficile et stressante », voire représenter un obstacle à l’accessibilité à la propriété, conclut un sondage publié vendredi par la firme Zillow.

Celui-ci montre ainsi que 92 % des Canadiens voient le crédit hypothécaire comme étant un obstacle à l’accès à la propriété, tandis que deux de leurs préoccupations majeures concernent son processus d’obtention.

Ils déplorent notamment le fait d’être « mis sous pression » par les réglementations de plus en plus strictes qui encadrent les prêts hypothécaires, en particulier depuis 2018. Et plus de la moitié des répondants (56 %) considèrent que l’admissibilité à un prêt constitue bel et bien un obstacle à l’accessibilité à la propriété, soit une progression de 6 % par rapport à 2018.

UN FARDEAU FINANCIER DIFFICILE À ASSUMER

Cette préoccupation semble tellement ancrée dans l’esprit des consommateurs qu’elle continue à inquiéter nombre d’entre eux (64 %) même après qu’ils ont acheté une maison récemment. Un phénomène que Zillow attribue possiblement « aux menaces de changements dans les réglementations à l’époque où ils recherchaient une maison ».

Après l’admissibilité à un prêt hypothécaire, le principal souci pour les acheteurs consiste à savoir s’ils seront capables d’effectuer les paiements requis. Et là encore, l’inquiétude est plus que jamais de mise, puisque plus de la moitié (54 %) des sondés voient cette étape comme étant un obstacle supplémentaire et un fardeau financier difficile à assumer.

Rappelant que de nouveaux critères plus stricts sont entrés en vigueur en janvier 2018 avec l’ajout d’une simulation de crise, Zillow souligne que cette nouvelle donne exige désormais des acheteurs, y compris des primo-accédants, qu’ils soient admissibles à un taux plus élevé. Toutefois, nuance la firme, la réglementation ne s’applique qu’aux prêts hypothécaires nouvellement émis et, en fin de compte, elle est destinée à « empêcher les emprunteurs d’accumuler plus de dettes que ce qu’ils sont capables de gérer si les taux augmentent ».

LES JEUNES ACHETEURS SONT AUSSI INQUIETS

Malgré tout, ajoute Zillow, le sondage montre que depuis l’adoption des nouvelles règles, le niveau d’inquiétude des acheteurs n’a cessé de s’amplifier. Résultat : la moitié des Canadiens (51 %) se disent aujourd’hui préoccupés par la possibilité que des réglementations plus strictes les empêchent d’être admissibles à un prêt hypothécaire, soit une hausse de 5 % par rapport à 2018.

« Ces réglementations pourraient avoir un impact sur une portion [importante] d’acheteurs potentiels, puisque les résultats de l’enquête démontrent qu’une large part des propriétaires canadiens (80 %) contractent des hypothèques », met en garde la firme. Quant aux jeunes acheteurs de maison, eux aussi ressentent le poids de la nouvelle législation, puisque 69 % des 18-34 ans se disent « préoccupés » par leur future admissibilité à un prêt hypothécaire.

Le sondage national a été réalisé en ligne par Ipsos entre le 24 septembre et le 8 octobre auprès d’un échantillon représentatif de 1 503 Canadiens âgés de 18 ans et plus. Sa marge d’erreur est de ±2,9 en point de pourcentage près, 19 fois sur 20.