Homme d'affaires dont la tête est cachée sous un sac de papier brun.
Photo : RichVintage / iStock

Dettes qui s’accumulent, demandes d’emprunt refusées, faillite qui semble inévitable… Autant de situations qui entraînent un sentiment de honte face au fait de vivre des difficultés financières. Pourtant, personne n’est à l’abri d’un revers de fortune.

Or, la honte financière peut conduire les gens à faire de l’évitement, ce qui ne fait qu’accroître les difficultés face à l’argent. Ils se retrouvent alors pris dans un cercle vicieux, une spirale de la honte, qui empire les choses encore plus, rapporte Morningstar qui cite un article publié en 2021 dans le Journal of Organisational Behaviour and Human Decision Process expliquant comment la honte financière peut conduire les gens à ignorer des informations financières importantes.

Plusieurs études ont démontré comment s’installait la boucle de rétroaction de la honte. Elles ont aussi démontré la différence entre cette dernière et la culpabilité qui incite à des comportements et à des sentiments différents. La culpabilité fait dire : « j’ai fait une mauvaise chose », alors que la honte fait dire : « je suis une mauvaise personne ». Se sentir coupable incite davantage à passer à l’action pour corriger la situation alors que la honte favorise des comportements de fuite comme l’évitement.

L’ÉVITEMENT FINANCIER, C’EST QUOI ?

Il peut se manifester de différentes façons. Ce peut être d’ignorer une lettre ou un courriel rappelant une échéance de paiement, d’éviter de répondre au téléphone, de repousser le moment de refaire son budget ou de payer ses comptes, ou encore de cacher ses difficultés à ses proches.

La honte financière n’affecte pas seulement les personnes qui sont au bord de la faillite. Certaines personnes vont éviter de parler de quelconques difficultés de peur d’être jugées (autant par elles-mêmes que par autrui).

Si l’évitement fait baisser la souffrance (pour un temps, à tout le moins), il empêche la personne de trouver des solutions pour améliorer sa situation financière, ce qui fait qu’elle s’enfonce encore plus. L’inaction peut en effet être coûteuse en pénalités ou en intérêts cumulés. La spirale de la honte devient alors un piège à la pauvreté, à la dépression et même au suicide.

COMMENT S’EN SORTIR ?

Bonne nouvelle, il est possible de briser la spirale de la honte. Un exercice simple et à la portée de tous permet d’affaiblir ou de juguler le sentiment de honte, selon les chercheurs. Il suffirait de faire des exercices intellectuels d’auto-affirmation mettant l’accent sur les aspects positifs de sa personnalité.

Les chercheurs ont mené une expérience auprès de 748 personnes réparties en trois groupes. Dans le premier groupe, les participants devaient classer 11 valeurs par ordre d’importance et dire laquelle avait le plus de valeur à leurs yeux. Le second groupe devait évoquer et décrire des situations où ils ont fait preuve de gentillesse pour autrui. Le dernier groupe devait classer un assortiment de bonbons selon les saveurs qu’ils préféraient. Tous devaient ensuite répondre à des questions sur la honte financière et le retrait.

Les résultats ont démontré que seul l’exercice sur la gentillesse avait un effet positif sur la tendance à l’évitement financier, particulièrement chez ceux qui éprouvaient la plus grande honte.

Penser à des aspects positifs de sa personnalité a en plus un effet positif sur le bien-être psychologique et la santé mentale. Les personnes sont alors davantage en mesure d’affronter des tâches difficiles comme de régler ses comptes. Cela permet de réparer les dégâts et de se recentrer sur ses objectifs.